Hazard aurait refusé une prolongation de contrat à Chelsea: «Eden se verrait bien au Real», selon son père

Edition numérique des abonnés

Eden Hazard aime le Real Madrid. Eden Hazard aime Zinedine Zidane. Zinedine Zidane aime Eden Hazard. Et le Real Madrid aime Eden Hazard, même si ses yeux ne lorgnent pas uniquement sur le Belge. Eden ne se cache pas. «  Tout le monde sait l’admiration que j’ai pour le Real Madrid  », déclarait-il encore en novembre sur la chaîne française Canal+.

Aujourd’hui, c’est son père, Thierry, qui alimente le feuilleton dans une interview au Soir. Selon lui, son fils veut absolument laisser la porte ouverte à un départ pour Madrid en juin, quitte à faire traîner en longueur les négociations autour de son contrat chez les Blues, qui s’achève en 2020. «  Ce que je peux affirmer à propos d’Eden, c’est qu’il a refusé une prolongation de contrat pour pouvoir, le cas échéant, donner suite à l’intérêt du Real, où il se verrait bien. Mais, à l’heure où je vous parle, il n’y a aucun contact. Eden n’est qu’une des parties prenantes au contrat. »

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les héros de Stan Lee vont rassembler une véritable communauté de lecteurs. Jusqu’à conquérir le grand écran.

    Stan Lee, dieu disparu des superhéros

  2. MAF SPORTKOT ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Un cercle louvaniste sous le coup d’une instruction judiciaire: tout ce qu’il faut savoir

  3. Pour la fin du siècle, l’élévation du niveau de la mer pourrait atteindre un mètre.

    Le point de non-retour approche pour les calottes glaciaires

Chroniques
  • La nouvelle affaire Pétain

    Il paraît qu’Emmanuel Macron, président de la République française de son état, a commis une gaffe politique monumentale en associant le maréchal Pétain à l’hommage qu’il était prévu de rendre, aux Invalides, aux grands chefs de la Grande Guerre à l’occasion du 11 novembre.

    Donc, il fallait le gratter. L’effacer. Comme, en URSS, sous Staline, on effaçait Trotski des photos où il figurait aux côtés de Lénine. Evanoui, parti en fumée Trotski ! Son présent valait éradication, même visuelle, de son passé. Puisqu’il n’était plus, il n’avait pas été. Il ne devait pas avoir été. Son absence, après 1927, valait annulation de sa présence en 1917.

    C’est, logiquement, ce qu’exigeaient les protestataires qui s’offusquèrent que Pétain soit associé à l’hommage collectif rendu aux maréchaux de la Grande Guerre...

    Lire la suite

  • Le «Nous» de combat de Macron et Merkel

    O n gardera, de ce jour, l’image de 84 chefs d’Etat et de gouvernement qui étaient hier des nations belligérantes. Ce qui demeure incertain dans l’avenir, c’est la façon dont sera interprétée cette image. Sera-t-elle le symbole éclatant d’une paix durable entre les nations ? Ou la photographie d’un dernier moment d’unité avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre  ? » C’est sur ce terrible doute que le président Emmanuel Macron a ouvert le Forum de Paris pour la...

    Lire la suite