Accueil Culture Scènes

Le collectif, c’est cool (Raoul)

Plus que jamais, le théâtre s’organise en collectif. Revendication du groupe pour contrer l’individualisme de notre époque ? Besoin de se serrer les coudes face à la crise ? Décryptage.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Il y a des signes qui ne trompent pas. Quand, mardi soir, à la première de Rumeur et petits jours du Raoul Collectif au Théâtre national, on murmure à l’un ou l’autre comédien que l’on réfléchit à un article sur le retour en force du collectif en théâtre, ce n’est pas une poignée de personnalités choisies qui s’assoient à notre table, mais un joyeux groupe cacophonique, avec chacun son mot à dire sur le phénomène.

Bien sûr, le concept de « collectif » n’est pas neuf sur les scènes belges. Du Groupov à Transquinquennal en passant par Utopia, il y a toujours eu des envies très communautaires au théâtre, mais sans doute pas à la cadence effrénée qui a marqué ces dernières années.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs