Accueil Belgique Politique

Theo Francken: «Je fais des erreurs, mais devrais-je pour autant être débarqué?»

En plein débat autour du rapatriement de migrants soudanais, le secrétaire d’Etat dément faire de la politique à travers la polémique.

Temps de lecture: 2 min

J e fais des erreurs. On peut me raser, mais devrais-je pour autant être débarqué ? » La formule est signée Theo Francken ce samedi dans les colonnes de Het Laatste Nieuws. Elu personnalité politique belge de l’année par les lecteurs du quotidien, le secrétaire d’Etat y donne une longue interview dans laquelle il revient sur l’année écoulée. L’image est tirée d’une citation en latin, comprenez qu’un bon berger rase ses moutons, mais qu’il ne les dépouille pas. En pleine polémique sur le rapatriement de migrants soudanais, Theo Francken pose le ton.

Qui est selon lui la personnalité de l’année ? « Je tire mon chapeau aux militaires belges, explique-t-il. Tant ceux qui survolent l’Irak que ceux qui patrouillent dans Bruxelles. Et si ce ne sont pas ces soldats qui pointent en tête, seule Nafi Thiam mérite ce titre. Quelle femme, quelle sportive. »

Theo Francken refuse de faire de la politique à travers la polémique : « Je suis passionné par mon métier et quand il s’agit de mes compétences, je réponds à tout ce qui ne me semble pas juste. (…) J’aime aussi entrer en discussion sur les réseaux sociaux. Mais je ne tire pas sur tous les lapins qui sortent de la forêt. »

 

À lire aussi En coulisses, le malaise enfle dans les rangs du MR

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

55 Commentaires

  • Posté par Grulois Stanislas, lundi 1 janvier 2018, 6:38

    Buttercup : bouton d'or. Dans le langage familier, ça veut dire mon poussin, mon bébé ou des petites choses comme cela. Dans le langage on va dire commun, ça signifie froussard. En réponse au commentaire de michiels Fernand, c'est probablement à ce terme que Anne Lacourt pensait au travers de son commentaire. Et perso, je ne vois pas bien en quoi c'est insultant... Si pour vous, Fernand, il faut surveiller son langage quand on parle de Francken, alors c'est la fin de la démocratie.

  • Posté par Serge Gabriel, dimanche 31 décembre 2017, 10:19

    ben oui !

  • Posté par Guiot Philippe, samedi 30 décembre 2017, 20:21

    Débarqué ? Non ! Du goudron et des plumes !

  • Posté par Laurent Elens, samedi 30 décembre 2017, 19:53

    Un jour, le pays dictatorial où l'on tuera comme outil politique, ce sera la Belgique. Mr Frranken a le courage (que l'on fait passer pour choquant: c’est l’art de la politique ) de ne pas en faire son chou gras. Mais c'est connu, seuls les vainqueurs (statistiquement ceux qui se placent du côté du plus fort), se distribuent les médailles entre eux. Donc oui, il prend plus de risques pour son avenir personnel que ceux qui le critiquent (que quand ils en auront perdu contrôle, les protégés prendront un jour une spatule, pour décoller leurs cadavres putréfiés des postes qu'ils s'attribuent entre eux, à nos frais, et sans "erreure").

  • Posté par Guiot Philippe, samedi 30 décembre 2017, 18:45

    devrais-je pour autant être débarqué? plutot 2x qu'une, menteur ! en tant que ministre (ou Equivalent) un peu de respect pour la fonction svp 3 ministres FDF furent "demissionnes" pour beaucoup moins que cela ! ! !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une