L’Australie a franchi le cap de 2018 (photos et vidéo)

L’avenir se lève à l’Est: les îles du Pacifique, la Nouvelle-Zélande puis l’Australie donnent dimanche le coup d’envoi du marathon planétaire des festivités du Nouvel An qui se dérouleront à nouveau sous haute sécurité.

L’une des premières ville à avoir franchi le cap de l’an neuf était la capitale de la Nouvelle-Zélande, Auckland, qui a basculé en 2018 à midi, heure belge.

Décalage horaire oblige, Sydney sera à 14 heure, heure belge, la première mégapole d’envergure à entrer dans 2018, avec 1,5 million de personnes attendues sur les bords de son emblématique baie pour assister au traditionnel feu d’artifice.

Celui-ci inclura cette année une cascade arc-en-ciel d’engins pyrotechniques tirés depuis le fameux Harbour Bridge, et ce pour célébrer la légalisation en décembre du mariage gay après une consultation nationale qui avait montré un large soutien de la population à cette réforme.

La fête suivra l’avancée de la dernière nuit de 2017 en Asie, en Afrique et en Europe, puis en Amérique. La ville de Hong Kong a promis, elle, un spectacle de 10 minutes des plus impressionnants, marqué avant même les 12 coups de minuit par des apparitions d’"étoiles filantes» tirées depuis les gratte-ciel surplombant Victoria Harbour.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette touche au terme de sa mission
: l’informateur royal est attendu lundi au Palais. © Photo News.

    Négociations fédérales: les anti-arc-en-ciel se déchaînent

  2. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  3. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite