Accueil Culture Livres

«Zabor», «L’année du lion», «Robinson»,...: les livres que «Le Soir» a adoré lire en 2017

Le service culture du Soir a sélectionné les ouvrages qu’il avait préféré cette année. Rassurez-vous, il est encore temps de vous rattraper.

Commentaire - Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 2 min

Dès la semaine prochaine, le 6 janvier, on sera plongé dans la rentrée d’hiver et ses 498 nouveautés dont de fameux poids lourds : Paul Auster, Pierre Lemaître, Régis Jauffret, Delphine de Vigan, Louise Erdrich, Arundhati Roy et la fin de la saga d’Elena Ferrante. Mais là, on est encore en 2017 et c’est sans doute le moment d’en rappeler les bons moments littéraires. Exercice hautement subjectif, pas du tout exhaustif et audacieux puisqu’on ratera bien l’un ou l’autre livre qui a été votre favori de l’année. C’est comme ça, réclamations éventuelles auprès de jean-claude.vantroyen@lesoir.be.

Pour Flavie Gauthier, le bouquin de l’année c’est Bakhita de Véronique Olmi ou Les Mandible de Lionel Shriver (Belfond). Pour Nicolas Crousse, c’est Zabor de Kamel Daoud (Actes Sud) ou Carnet d’une allumeuse de Lydie Dattas (Gallimard).

Pour Didier Zacharie, c’est la brique essentielle Jérusalem d’Alan Moore (Inculte). Pour Michel Grodent, c’est Georges Pérec en Pléiade. Pour William Bourton, c’est le dernier Jim Harrison, Dernières nouvelles (Flammarion). Pour Jean-Marie Wynants, c’est L’année du lion de Deon Meyer (Seuil). Pierre Maury a épinglé Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard), Kong de Michel Le Bris (Grasset), Calcairede Caroline De Mulder (Actes Sud), No home de Yaa Gyasi (Calmann-Lévy). Cédric Petit a adoré Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill (Gallimard).

Et moi ? D’abord leRobinsonde Laurent Demoulin (Gallimard), paru en 2016 mais Prix Rossel 2017 : un choc.

Et puis les puissants Underground Railroad de Colson Whitehead (Albin Michel) et Le sympathisant de Viet Thanh Nguyen (Belfond), le truculent Gabacho d’Aura Xilonen (Liana Levi), les nouvelles parfaites de Robin Macarthur dans Le cœur sauvage (Albin Michel), l’édition de tout Paul Nougé chez Allia et le précis et cruel L’ordre du jour d’Eric Vuillard (Actes Sud), Goncourt 2017. Et j’ai toujours dans la tête le goût addictif de la saga des Neshov d’Anne B. Ragde (10-18).

Comme je me souviendrai longtemps encore du Paysage perdu de Joyce Carol Oates (Philippe Rey) et de la rencontre à Paris avec cette frêle Américaine qui cache une immense écrivaine. De remarquables souvenirs. On les a partagés avec vous, ce qui est encore mieux.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une