Pour ses premiers vœux, Macron s’adresse aux Européens: «En 2018, j’aurai besoin de vous»

©AFP
©AFP

Le président Emmanuel Macron a présenté ses vœux pour la nouvelle année. Dans un message diffusé en direct de l’Élysée, le chef de l’Etat français a mis l’accent sur le social, sur le travail et loué sa grandeur à la France. Voici les principaux points :

En 2018, « j’aurai besoin de vous »

Emmanuel Macron réclamé dimanche le soutien des citoyens européens pour «  dessiner un grand projet » pour l’Europe, où il a insisté sur l’importance du couple franco-allemand.

«  Mes chers concitoyens européens, 2018 est une année toute particulière et j’aurai besoin cette année de vous », a-t-il déclaré. « J’ai besoin de votre détermination pour ce sursaut européen et j’ai besoin qu’ensemble nous ne cédions rien ni aux nationalistes ni aux sceptiques ».

Les « transformations profondes se poursuivront avec la même force en 2018 »

Les transformations, comme celles engagées à l’école, au travail, sur le climat «  se poursuivront avec la même force en 2018 », ajoutant qu’il n’arrêtera «  pas d’agir » malgré les voix «  discordantes ».

Macron redit son « engagement » d’apporter un toit à tous

«  Il y a encore des situations qui ne sont pas acceptables (…) Nous continuerons l’effort indispensable pour réussir à pleinement respecter l’engagement que j’ai moi-même pris devant vous », a poursuivi le chef de l’Etat, assurant de (sa) «  détermination entière ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite