38,7 millions de SMS au réveillon... Une chute à nouveau

©Reuters
©Reuters

Tout comme les vœux de Noël, vous avez souhaité une « bonne année » à vos proches principalement via les médias sociaux tels que WhatsApp, Facebook, Twitter et Instagram. Les traditionnels sms ont, une nouvelle fois, eu moins de succès. C’est ce qui ressort des chiffres des fournisseurs de télécommunications Proximus, Orange et Telenet.

Si on comptabilise les numéros des opérateurs, 38,7 millions de SMS ont été envoyés entre dimanche 20h00 et lundi 08h00. C’est environ 10 % de moins qu’il y a un an. Il y a quatre ans, plus de 70 millions de SMS avaient été envoyés pour le passage à la nouvelle année.

Cette diminution est compensée par de fortes augmentations de la consommation de data. Cela indique que les médias sociaux et les applications deviennent de plus en plus populaires pour les vœux du Nouvel An. Proximus a, par exemple, presque doublé le trafic de data (jusqu’à 80 235 gigaoctets) la nuit de la Saint-Sylvestre. Telenet parle d’une augmentation de 75 % (71 297 gigaoctets) et chez Orange le trafic de données a augmenté de plus de la moitié (72 000 gigaoctets). « De plus en plus de gens ont un smartphone et sont toujours connectés pour envoyer à leurs amis et à leurs familles des vœux originaux du Nouvel An », résument-ils chez Orange.

Sur le même sujet
Économie et finances
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite