La police va enquêter sur des photos d’enfants belges affichées sur un site pédophile russe

Image d’illustration ©picjumbo.com
Image d’illustration ©picjumbo.com

La police fédérale et Child Focus mènent une enquête relative à un site internet russe qui sert de portail d’échange où des pédophiles publient et commentent de nombreuses photos prises sur les réseaux sociaux. Près de 3 millions d’images apparaissent sur la plateforme, dévoilant des photos de vacances d’enfants belges, révèlent les titres Sudpresse et les journaux de Mediahuis mardi.

Quelque 17 millions de visiteurs sillonnent chaque mois ce site. La plupart des clichés sont des photos innocentes mises en ligne par les parents sur Instagram et Facebook. Sous ces photos, les pédophiles laissent des commentaires déplacés et irrespectueux.

Selon Sijmen Ruwhof, spécialiste néerlandais de la cybersécurité, d’autres photographies beaucoup plus explicites sont disponibles sur le site internet via un accès protégé par un mot de passe.

Une enquête va suivre

La police fédérale belge est au courant de la situation et va enquêter sur les images. «A l’origine, le site internet est un endroit où l’on s’échange des photos, mais il est vite devenu un lieu de contact entre les pédophiles», explique Yves Goethals, chef de section de maltraitance d’enfants à la police fédérale.

«La plateforme est déjà signalée, mais le fait qu’elle soit hébergée en Russie par des anonymes complique la situation», a expliqué Dirk Depover, porte-parole de Child Focus, à l’agence Belga. «Les nouvelles technologies apportent leur lot de défis quotidiens à la police, la justice et aux ONG concernés». «C’est pourquoi la coopération internationale est importante.» ajoute-t-il. L’organisation appelle à la prudence et encourage les personnes à «protéger les contenus publiés sur les réseaux sociaux».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je pars avec un pincement au cœur, un gros pincement, vous vous en doutez…
»

    Benoît Lutgen au «Soir»: «Je quitte la présidence du CDH»

  2. Partisans et adversaires du Brexit mêlés devant le Parlement, sous la statue de Winston Chrchill, peu avant le vote
: un moment historique...

    Le Brexit plus que jamais dans l’impasse

  3. La proclamation officielle du résultat de l’élection présidentielle n’a pas entamé la détermination des partisans de Martin Fayulu - ici, lors d’une manifestation à Kinshasa, vendredi dernier.

    RD Congo: des fuites révèlent la victoire de Martin Fayulu

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite