La police va enquêter sur des photos d’enfants belges affichées sur un site pédophile russe

Image d’illustration ©picjumbo.com
Image d’illustration ©picjumbo.com

La police fédérale et Child Focus mènent une enquête relative à un site internet russe qui sert de portail d’échange où des pédophiles publient et commentent de nombreuses photos prises sur les réseaux sociaux. Près de 3 millions d’images apparaissent sur la plateforme, dévoilant des photos de vacances d’enfants belges, révèlent les titres Sudpresse et les journaux de Mediahuis mardi.

Quelque 17 millions de visiteurs sillonnent chaque mois ce site. La plupart des clichés sont des photos innocentes mises en ligne par les parents sur Instagram et Facebook. Sous ces photos, les pédophiles laissent des commentaires déplacés et irrespectueux.

Selon Sijmen Ruwhof, spécialiste néerlandais de la cybersécurité, d’autres photographies beaucoup plus explicites sont disponibles sur le site internet via un accès protégé par un mot de passe.

Une enquête va suivre

La police fédérale belge est au courant de la situation et va enquêter sur les images. «A l’origine, le site internet est un endroit où l’on s’échange des photos, mais il est vite devenu un lieu de contact entre les pédophiles», explique Yves Goethals, chef de section de maltraitance d’enfants à la police fédérale.

«La plateforme est déjà signalée, mais le fait qu’elle soit hébergée en Russie par des anonymes complique la situation», a expliqué Dirk Depover, porte-parole de Child Focus, à l’agence Belga. «Les nouvelles technologies apportent leur lot de défis quotidiens à la police, la justice et aux ONG concernés». «C’est pourquoi la coopération internationale est importante.» ajoute-t-il. L’organisation appelle à la prudence et encourage les personnes à «protéger les contenus publiés sur les réseaux sociaux».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite