Accueil Opinions Cartes blanches

Est-ce la fin de la «suédoise»? Si oui, ce pourrait être aussi la fin du pays!

Une carte blanche de Jules Gheude. Les leaders francophones ne semblent pas avoir pris conscience qu’une Nation flamande existe bel et bien.

Carte blanche - Temps de lecture: 5 min

Nul besoin d’être devin pour dire que 2018 se présente mal pour le Premier ministre.

En annonçant que la question énergétique fera l’objet de la campagne électorale en vue du scrutin de 2019, le président de la N-VA, Bart De Wever, vient en fait de toucher l’embarcation suédoise. Il répond ainsi à Charles Michel qui, il y a quelques jours encore, soulignait qu’il ne laisserait personne torpiller le pacte énergétique et que celui-ci devrait être approuvé dès le début 2018.

Nous sommes ici bel et bien confrontés à un casus belli au sein du gouvernement fédéral.

S’il faut en croire L’Echo, tant sur le fond que sur la forme, c’est aujourd’hui le ras-le-bol (quasi) généralisé au MR par rapport à la N-VA.

Le problème, c’est que Charles Michel ne dispose d’aucune marge de manœuvre. Evoquant le dernier baromètre politique (le PS est talonné par le PTB), Paul Magnette a clairement fait savoir que le PS avait tout intérêt à rester dans l’opposition. Une démission du gouvernement ne pourrait donc qu’entraîner des élections législatives anticipées, dont les résultats offriraient l’image d’un pays à deux visages, l’un regardant vers la droite, l’autre vers la gauche.

En 2010, la démission du gouvernement Leterme avait engendré une crise de 541 jours. Aujourd’hui, l’éventualité de ne plus pouvoir mettre sur pied une équipe fédérale est loin de relever de l’utopie. Or, qu’est-ce qu’un Etat sans gouvernement, si ce n’est un Etat qui n’existe plus !

En 1981, soit 25 ans avant le fameux « Bye bye Belgium » de la RTBF, François Perin avait écrit : « Cela fait des années que je pressens ce qui va arriver. (…) Après d’éventuelles élections (…), le malheureux chef de l’Etat se mettra à courir après un gouvernement introuvable : la Belgique peut disparaître par implosion. (…) Qu’est-ce qui empêcherait les Flamands de proclamer unilatéralement leur indépendance et d’affirmer leur nation ? Ils ont créé tous les instruments de leur future légitimité. »

Pas de cohabitation sereine

A l’instar de François Perin, nous n’avons jamais ressenti la Belgique. Depuis sa création artificielle en 1830, elle n’a jamais cessé de se chercher.

Six réformes institutionnelles n’ont pas réussi à engendrer une cohabitation sereine des deux grandes Communautés. Sans doute aucune goutte de sang n’a été versée, mais force est de constater que la complexité extrême de l’organigramme politique est aujourd’hui un facteur majeur de paralysie. La saga du RER et des nuisances sonores au-dessus de l’aéroport de Bruxelles, l’impossibilité de construire un stade « national » sont autant d’éléments qui témoignent d’une profonde déliquescence.

Jean Quatremer, le correspondant du journal français Libération à Bruxelles, a parfaitement décrit la situation : « Cinquante ans de luttes communautaires entre Flamands et Wallons (…) ont conduit le royaume dans une voie sans issue : impotence, incompétence, irresponsabilité. »

Entre le Nord et le Sud, le fossé économique est béant : la Wallonie affiche un taux de chômage deux fois supérieur à celui de la Flandre. En 2016, celle-ci a exporté pour 205,7 milliards d’euros, soit près de 5 fois plus que la Wallonie (42,6 milliards). On n’ose imaginer le sort de la Wallonie en 2020, lorsqu’elle sera privée des quelque 6,5 milliards d’euros de transferts financiers en provenance de la Flandre !

Une nation bien réelle

Les partis séparatistes flamands sont aujourd’hui crédités de quelque 40 %. Et l’on commettrait une lourde erreur en pensant que cette mouvance est absente des autres formations politiques. Les déclarations du député CD&V Hendrik Bogaert sont là pour nous le rappeler !

L’ancien éditorialiste du Standaard, Manu Ruys, vient de décéder. Il avait écrit, en 1973, Les Flamands, dont le sous-titre est éloquent : Un peuple en mouvement, une nation en devenir.

Cette nation existe bel et bien aujourd’hui, comme le précise le préambule de la « Charte pour la Flandre », adoptée en 2012 Et rien ne pourra l’empêcher de devenir à terme un Etat !

Les leaders francophones ne prennent pas conscience de cette réalité. Tout se passe pour eux comme si la Belgique était vouée à l’éternité. Les émissions télévisées « Place royale » et « C’est du belge ! » sont là pour entretenir la fibre « patriotique » !

Voilà près de dix ans que j’exhorte les responsables politiques wallons à réfléchir à cette hypothèse de scission de la Belgique, hypothèse dont le sage Xavier Mabille, alors président du CRISP, avait dit en 2006 qu’il ne fallait en aucun cas l’exclure.

Une seule solution

Les travaux approfondis que nous avons personnellement menés et qui ont fait l’objet de publications, démontrent que seule une intégration de la Wallonie à la France, avec un statut de large autonomie, pourrait constituer une solution réaliste.

Jacques Lenain, ce haut fonctionnaire français aujourd’hui retraité, a approfondi la question. Il s’en est entretenu avec le constitutionnaliste Didier Maus, lequel confirme : « Il serait parfaitement possible de créer un titre spécial « De la Wallonie… » qui contiendrait une mini-Constitution sur mesure pour la Wallonie. Il en découle que, sur le fondement de cette mini-constitution, il serait parfaitement réalisable de conserver en l’état, au moins pour l’essentiel, et pour une durée à déterminer le droit belge du travail, celui de la sécurité sociale, et certains droits « connexes », des pans du droit fiscal, le droit des affaires, du commerce, etc. La région wallonne, et aussi la région bruxelloise si la question était posée, conserveraient les compétences qui sont aujourd’hui les leurs, y compris le système éducatif, avec l’enseignement supérieur. Ce ne serait pas une difficulté de faire de la sorte puisqu’il en est déjà ainsi, même si c’est avec moins d’ampleur, dans certains territoires français (…). »

Nous avons la chance énorme de relever d’un cadre général que le Wallon André Renard qualifiait lui-même de grand flambeau, de grande lumière de culture. Ne sommes-nous pas, en effet, des Français que les hasards de l’Histoire ont contraints de vivre en dehors de l’Hexagone ?

Evoquant cette intégration de la Wallonie à la France, Jacques Attali, l’ancien conseiller du Président François Mitterrand, a déclaré : « C’est un beau débat. Qu’il commence ! »

* Derniers ouvrages parus : François Perin – Biographie, Editions Le Cri, 2015, et Un Testament wallon – Les vérités dérangeantes, Mon Petit Editeur, 2016.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Dauby Josse, dimanche 7 janvier 2018, 10:34

    Mr Jules Gheude, libéral rattachiste, revient sur la même idée travaillée par F. Perrin, il y a très longtemps (Histoire d'une nation introuvable, épuisé, hélas) et qui est solidement étayée. Je déteste ce gouvernement de nantis mais je ne pense pas que sa chute conduirait à la réalisation des idéaux de M. Gheude. La France n'a que faire d'un département en plus. La chose a été sondée, discutée avec des français qui tous poliment déclinent. Donc c'est un phantasme. Quant à la Wallonie indépendante, il faudrait pour cela, qu'elle ait atteint un autre niveau de redressement de sa dette, de son taux d'emplois mais surtout de la qualité de gestion ... de ses décideurs.

  • Posté par ANDRE TUYTSCHAVER, mercredi 3 janvier 2018, 14:12

    Ça fait combien de temps qu'il hurle à la mort de la Belgique, état artificiel mais qui fonctionne malgré tout, pour prôner un état France-Wallonie encore plus artificiel ? Quel manque d'ambition de vouloir se greffer á une autre nation pour cacher son impuissance á prendre son sort en main !

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une