Tempête sur la Belgique: des risques de crue pour plusieurs cours d’eau wallons

Photo d’illustration. © Belga
Photo d’illustration. © Belga

La Haute Lesse est passée en phase d’alerte de crue, a-t-on appris mercredi matin auprès de la Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques (DG) du Service public de Wallonie. Une partie de la Semois, actuellement en phase de pré-alerte de crue, pourrait également connaître le même sort dans le courant de la journée tandis que les autres cours d’eau wallons ne devraient pas se retrouver dans le même cas.

La phase de pré-alerte avait déjà été atteinte en différents endroits des provinces de Luxembourg et de Namur. Désormais, toutes les provinces du sud du pays sont concernées. La Dendre et la Senne (provinces de Hainaut et du Brabant Wallon) et l’Amblève et l’Ourthe inférieure (Liège et Luxembourg) ont en effet également franchi ce seuil de pré-alerte, mais devraient se stabiliser.

«Le point critique est malgré tout la Haute Lesse», explique Paul Dewil, directeur du centre de crise wallon. «Il y a en effet plu beaucoup plus abondamment ces dernières heures qu’ailleurs. Fort heureusement, la Lesse inférieure est, elle, en phase de pré-alerte et l’un compense l’autre

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

  2. Philippe Malherbe, journaliste vedette de RTL-TVI, se présente pour le CDH à Bruxelles. Le dernier d’une longue liste de peoples qui ont succombés à l’appel des partis.

    Pourquoi les partis politiques recrutent des people

  3. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite