La tempête Eleanor laisse des dégâts en Belgique et en France

Sur la N4 les pompiers s’affairent depuis 3 heures du matin à dégager la voirie encombrée par des arbres. ©PhotoNews
Sur la N4 les pompiers s’affairent depuis 3 heures du matin à dégager la voirie encombrée par des arbres. ©PhotoNews

Durant toute la deuxième partie de la nuit et tôt ce mercredi matin, des bourrasques allant jusqu’à 120 km/h et de fortes pluies ont provoqué de nombreux dégâts sur l’ensemble du territoire. Vers 9h du matin, les services de secours belges, répartis par zone, dénombraient entre 70 et 80 interventions sur la zone de Liège, une soixantaine d’interventions pour la zone Hainaut-Est, une vingtaine d’interventions dans la région de Verviers, etc.

Que ce soit sur l’A17 Courtrai-Mouscron, l’autoroute E411 à hauteur d’Eghezée ou Achêne, sur la N4, ou sur les routes secondaires à travers l’ensemble du territoire, les pompiers s’affairent depuis 3 heures du matin à dégager la voirie encombrée par des arbres, des branchages et des câbles électriques. Mais les arbres ne tombent pas que sur le bitume. Comme à Braine-le-Château, dans la zone de Tubize, où un arbre est tombé sur une maison, à Drogenbos, où une cabine de gaz a subi l’attaque d’un feuillu (pas de danger pour les habitants cependant) ou encore à Ottignies où le propriétaire d’une voiture n’a dû que moyennement rire ce matin.

Ce mercredi matin, la Belgique tout entière est toujours placée en «alerte orange» par l’Institut royal météorologique (IRM). Les différentes provinces devraient repasser en « alerte jaune » en fin de matinée mais des bourrasques entre 90 et 110 km/h sont toujours attendues. Ainsi que de fortes pluies atteignant jusqu’à 20-40mm par endroits… ce qui devrait conduire à de nouveaux dégâts causés, cette fois, par de fortes crues, notamment dans les provinces de Namur et du Luxembourg et la zone de l’Escaut.

Quant à Eleanor, elle rend maintenant visite à nos voisins français. 48 départements sont placés en vigilance orange. De nombreuses stations de ski et campings en bord de mers ont fermé leurs portes et des rafales de vent pouvant aller jusqu’à 200km/h sont prévues en Corse dans la soirée.

Et Eleanor ne prive pas seulement les Français d’électricité ; de nombreuses stations de ski (comme le célèbre site de Val Thorens en Savoie) ont dû se résigner à fermer les portes de la partie la plus en altitude de leur domaine devant des bourrasques atteignant 180 km/h accompagnées d’importantes chutes de neige. Même décision pour de nombreux campings, pour des routes situées en bord de mer et pour le pont de Normandie et le viaduc du grand canal (le Havre). Quant aux transports (dans le secteur ferroviaire comme aérien), de nombreux retards ou suppressions ont été enregistrés. Le trafic aérien a, notamment, été interrompu durant la première partie de la journée de mercredi à l’aéroport de Strasbourg dans l’Est de la France en raison des vents violents.

Loin d’être à bout de souffle, Eleanor continuera de balayer l’intérieur des terres dans les prochaines heures avec des vents de 90 à 110 km/h en poursuivant sa route jusqu’en Corse où des rafales jusqu’à 200 km/h sont attendues dans la soirée… avant de partir se balader dans le centre de l’Europe.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    L’élève francophone prend souvent du retard, mais la situation s’améliore

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite