La tempête Eleanor laisse des dégâts en Belgique et en France

Sur la N4 les pompiers s’affairent depuis 3 heures du matin à dégager la voirie encombrée par des arbres. ©PhotoNews
Sur la N4 les pompiers s’affairent depuis 3 heures du matin à dégager la voirie encombrée par des arbres. ©PhotoNews

Durant toute la deuxième partie de la nuit et tôt ce mercredi matin, des bourrasques allant jusqu’à 120 km/h et de fortes pluies ont provoqué de nombreux dégâts sur l’ensemble du territoire. Vers 9h du matin, les services de secours belges, répartis par zone, dénombraient entre 70 et 80 interventions sur la zone de Liège, une soixantaine d’interventions pour la zone Hainaut-Est, une vingtaine d’interventions dans la région de Verviers, etc.

Que ce soit sur l’A17 Courtrai-Mouscron, l’autoroute E411 à hauteur d’Eghezée ou Achêne, sur la N4, ou sur les routes secondaires à travers l’ensemble du territoire, les pompiers s’affairent depuis 3 heures du matin à dégager la voirie encombrée par des arbres, des branchages et des câbles électriques. Mais les arbres ne tombent pas que sur le bitume. Comme à Braine-le-Château, dans la zone de Tubize, où un arbre est tombé sur une maison, à Drogenbos, où une cabine de gaz a subi l’attaque d’un feuillu (pas de danger pour les habitants cependant) ou encore à Ottignies où le propriétaire d’une voiture n’a dû que moyennement rire ce matin.

Ce mercredi matin, la Belgique tout entière est toujours placée en «alerte orange» par l’Institut royal météorologique (IRM). Les différentes provinces devraient repasser en « alerte jaune » en fin de matinée mais des bourrasques entre 90 et 110 km/h sont toujours attendues. Ainsi que de fortes pluies atteignant jusqu’à 20-40mm par endroits… ce qui devrait conduire à de nouveaux dégâts causés, cette fois, par de fortes crues, notamment dans les provinces de Namur et du Luxembourg et la zone de l’Escaut.

Quant à Eleanor, elle rend maintenant visite à nos voisins français. 48 départements sont placés en vigilance orange. De nombreuses stations de ski et campings en bord de mers ont fermé leurs portes et des rafales de vent pouvant aller jusqu’à 200km/h sont prévues en Corse dans la soirée.

Et Eleanor ne prive pas seulement les Français d’électricité ; de nombreuses stations de ski (comme le célèbre site de Val Thorens en Savoie) ont dû se résigner à fermer les portes de la partie la plus en altitude de leur domaine devant des bourrasques atteignant 180 km/h accompagnées d’importantes chutes de neige. Même décision pour de nombreux campings, pour des routes situées en bord de mer et pour le pont de Normandie et le viaduc du grand canal (le Havre). Quant aux transports (dans le secteur ferroviaire comme aérien), de nombreux retards ou suppressions ont été enregistrés. Le trafic aérien a, notamment, été interrompu durant la première partie de la journée de mercredi à l’aéroport de Strasbourg dans l’Est de la France en raison des vents violents.

Loin d’être à bout de souffle, Eleanor continuera de balayer l’intérieur des terres dans les prochaines heures avec des vents de 90 à 110 km/h en poursuivant sa route jusqu’en Corse où des rafales jusqu’à 200 km/h sont attendues dans la soirée… avant de partir se balader dans le centre de l’Europe.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite