Nucléaire: arrêt de longue durée pour Doel 3, mal entretenu

dddddc
dddddc

Les problèmes des centrales nucléaires belges n’en finissent pas (on parle ici des incidents techniques, pas des polémiques liées à la prolongation éventuelle de leur vie).

C’est désormais Doel 3 qui inquiète. Le réacteur anversois avait été mis à l’arrêt le 22 septembre dernier pour un entretien prévu de longue date. Il devait redémarrer le 6 novembre, mais des travaux d’inspection ont révélé que le béton du bunker qui abrite des éléments de secours s’effrite. L’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) parle de « détachements de morceaux de béton ou des fissures » et constate que « ces dégâts ont pour conséquence que les conditions fixées à la conception du bunker pour résister à un accident externe ne sont plus remplies ».

L’AFCN adresse un reproche sérieux à Electrabel en affirmant que « la dégradation du béton doit être prise en charge par l’exploitant, qui doit réaliser suffisamment de contrôles dans les locaux concernés et mener, si nécessaire, des travaux de rénovation/réparation. Cela n’a pas été suffisamment fait, ce qui explique que la dégradation du béton a évolué à ce point. »

L’AFCN demande donc que le béton défaillant soit enlevé et remplacé. Ce n’est qu’une fois les travaux réalisés et les tests de validation réussis, que l’AFCN autorisera le redémarrage de Doel 3.

> Retrouvez notre analyse de la situation sur Le Soir+

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Nucléaire|Accident nucléaire|Rénovation
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite