Accueil Société

L’exil roumain des candidats médecins belges

Avec le durcissement des conditions d’accès aux études de médecine, les jeunes Belges commencent à se tourner vers la Roumanie pour effectuer leur scolarité. Cet exil remet en cause le système de sélection belge.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis Timisoara

Le rendez-vous est donné au café « Chez moi », juste en face de la faculté de médecine de Timisoara, la grande ville de l’Ouest de la Roumanie. Ce lieu est devenu le repaire des étudiants de la filière en langue française. Au menu, une part de gâteau « Plaisir », un « café pour un monsieur » ou « pour une dame ». « Pour l’instant, tout est fait pour nous mettre à l’aise », se réjouit Süleyman, 20 ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 29 janvier 2018, 23:04

    J'ai résolu les questions de maths et de physique de l'examen de médecine de septembre 2017 et je constate qu'il était bien plus facile que les TOSS;Alors, s'il y a eu autant d'échecs, particulièrement en physique, c'est que les candidats ne maîtrisaient pas l'élémentaire pour suivre , avec succès les cours de physique de 1° bac médecine!

  • Posté par Laurent Elens, samedi 6 janvier 2018, 11:19

    Quand on connaît la crise du manque d'infirmiers que nous avons, la conclusion évidente de ces commentaires est qu'il a à une trop grande valorisation du poste de médecin par rapport à ces derniers dans les séries télévisées....

  • Posté par Hector De Wil, vendredi 5 janvier 2018, 11:13

    Qu'importe qui a fixé les quotas mais si, à un moment donné , on voit qu'il y a pénurie , on doit avoir l'intelligence de revoir ceux-ci . Le numéro INAMI n'a rien à voir avec le communautaire ni la couleur du ministre en fonction mais bien du besoin de médecins dans les régions concernées . Hélas dans ce pays , tout est communautaire avant tout , alors que le bon sens paysan arrangerait bien des choses . Il ne suffit pas d'avoir un tête bien pleine pour prendre les bonnes décisions intelligence de revoir ceux-ci .

  • Posté par Hector De Wil, vendredi 5 janvier 2018, 11:11

    Qu'importe qui a fixé les quotas mais si, à un moment donné , on voit qu'il y a pénurie , on doit avoir l'intelligence de revoir ceux-ci . Le numéro INAMI n'a rien à voir avec le communautaire ni la couleur du ministre en fonction mais bien du besoin de médecins dans les régions concernées . Hélas dans ce pays , tout est communautaire avant tout , alors que le bon sens paysan arrangerait bien des choses . Il ne suffit pas d'avoir un tête bien pleine pour prendre les bonnes décisions intelligence de revoir ceux-ci .

  • Posté par Jaspers Marie, vendredi 5 janvier 2018, 7:42

    Au vu de ce qui est rapporté dans cet article, on peut se demander si les études de médecine en Roumanie ne se limite pas à former des techniciens de la médecine qui pratiquent des actes selon des directives données mais sans connaissances réelles comme le montre les actes réalisés dès la 2° année où la connaissance réelle du corps ne peut être maîtrisée.Ne forme-t-on pas des super-infirmiers?De telles études seraient évidemment accessibles à un plus grand nombre vu qu'elles seraient moins exigeantes sur les connaissances approfondies du corps et sur la capacité de réflexion, d'analyse, de synthèse, de raisonnement .Ce genre de formation n'atteint pas à mon avis le niveau de qualité de la formation dispensée par les études en Belgique et cela fait très peur aux patients qui réfléchissent ,ne fusse qu'un instant ,à la formation qui doit être dispensée actuellement avec toutes les connaissances nouvelles que l'on a du corps et des nouvelles techniques de traitement qui demandent de connaissances qui soient dans les cerveaux et non sur internet! Jamais, je n'accepterai de confier ma vie à des techniciens de la médecine qui selon moi sont indignes de porter le titre de médecin! C'est de la médecine au rabais!Et c'est très grave de confier la vie de la population à ce genre de personnes!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs