Accueil Société

Hébergement de migrants: 50.000 nuitées assurées par des citoyens en 2017

La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés trouve ses origines dans la crise de l’accueil des migrants survenue en 2015 et au cours de laquelle des centaines de demandeurs d’asile qui attendaient d’introduire leur demande à l’Office des étrangers, se sont retrouvés sans logement ni assistance.

Temps de lecture: 3 min

En 2017, des bénévoles de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés ont proposé quelque 50.000 nuitées à des migrants qui ont ainsi pu dormir à l’abri et ce à travers tout le pays, indique jeudi Mehdi Kassou, coordinateur hébergement de la Plateforme. «  L’hébergement est une réponse citoyenne et solidaire à la politique migratoire en vigueur. Il s’agit avant tout de protéger de manière pérenne les migrants des arrestations arbitraires, des rafles et expulsions à répétition », explique-t-il.

«  De fin septembre jusque fin novembre dernier, environ 350 nuitées ont été proposées quotidiennement par des bénévoles à des migrants. Avec l’arrivée du froid, ce nombre a grimpé à 400 nuitées par jour », indique Mehdi Kassou. «  Le domicile des Belges demeure le lieu le plus sanctuarisé du pays », note-t-il. Et, au-delà du logement, les bénévoles orientent les migrants «  vers des services administratifs, médicaux, juridiques, car aucun lieu ne centralise toutes ces informations. Les citoyens les accueillent, les protègent, les guident, répondent à leurs questions. Assister à cette solidarité au quotidien est étonnant et extraordinaire ».

Des souhaits pour 2018

«  En 2018, nous souhaitons consolider cette dynamique et en assurer la pérennité en regardant du côté du régional puisque le fédéral ne réagit pas à nos demandes. Si on ne peut attaquer la tête, travaillons les pieds », poursuit le coordinateur. «  Notre objectif est que chaque citoyen hébergeur puisse interpeller son conseil communal afin que les migrants qu’il loge, puissent accéder aux soins médicaux, colis alimentaires ou encore à des titres de transport à coût réduit ou gratuit via le CPAS ».

La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés trouve ses origines dans la crise de l’accueil des migrants survenue en 2015 et au cours de laquelle des centaines de demandeurs d’asile qui attendaient d’introduire leur demande à l’Office des étrangers, se sont retrouvés sans logement ni assistance. Un campement de fortune avait alors été installé dans le parc Maximilien. Face à l’urgence, de nombreux bénévoles s’étaient mobilisés pour assurer notamment repas, soins de santé, soutien scolaire et conseils juridiques. La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés était née et a depuis, gagné en ampleur et visibilité. La page Facebook du groupe hébergement de la Plateforme citoyenne rassemble ainsi plus de 29.000 membres et sa page principale, 40.000. Le réseau de solidarité dispose également d’une centaine de points relais dans toute la Belgique où des bénévoles stockent denrées non périssables et fournitures.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Petitjean Marie-rose, jeudi 4 janvier 2018, 13:32

    Admiration et reconnaissance pour ces concitoyens qui nous font honneur. Je ne suis pas capable d'aller jusque là et leur attitude est une réponse à ceux qui demandent aux personnes favorables au respect des migrants de les accueillir chez eux. Eh bien voilà, c'est fait, et par un nombre important de nos concitoyens. J'en connais personnellement deux qui ne sont ni des "bobos", ni des "gauchos", ni des "bisounours", qualifications considérées comme des insultes par ceux qui n'ont pas d'autre argument pour justifier leur rejet, si ce n'est leur haine.

  • Posté par Philippe Bernard, jeudi 4 janvier 2018, 10:09

    Solidaire avec les réfugiés. Et merci du fond du coeur à toutes celles et ceux qui accueillent ces damnés de la terre. C'est la solidarité qui sauvera le genre humain.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko