Accueil Société

Soudanais rapatrié: la justice pointe l’absence de vérification

Le Premier ministre Charles Michel réaffirmait mardi que tout retour devait faire « l’objet d’un examen de conformité à l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

La controverse soudanaise connaît un nouveau bouleversement. Dans un arrêt rendu jeudi, la cour d’appel de Bruxelles confirme la libération d’un Soudanais détenu au centre de Vottem. Le problème : il apparaît aux yeux de la cour que le secrétaire d’Etat n’a entrepris aucune démarche pour vérifier qu’un renvoi ne risquait pas d’exposer le rapatrié à un traitement inhumain ou dégradant (le fameux article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme). Et ce alors même que l’intéressé avait « fait état du danger que représent[ait] pour lui un retour au Soudan ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Claeys Alain, vendredi 5 janvier 2018, 20:55

    Je suppose que ce gouvernement d'extrême droite ( oui, j'assume ) trouvera un avocat assez tordu pour aller en cassation pour vice de forme !

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 5 janvier 2018, 18:40

    M. Cojo, le gouvernement a-t-il été élu pour ne pas respecter les procédures établies démocratiquement ? Croyez-vous qu'un vocabulaire agressif, dénigrant donne du crédit à votre prose ?

  • Posté par Cojo Sébastien, vendredi 5 janvier 2018, 21:47

    De grâce, Petitjean Marie-Rose, épargnez-moi votre soudain attachement aux procédures établies démocratiquement, dont le supposé non-respect par le gouvernement Michel reste encore à établir. Personne n’est dupe de vos indignations, de votre cœur qui saigne et de votre morale blessée par ce « dossier soudanais » monté de toutes pièces par l’opposition hystérique et leur presse servile - Le Soir, la RTBF - dont la seule obsession depuis 2014 a été de faire tomber Michel & Co, qu’ils croyaient, dans leur mépris et arrogance, « kamikaze ». Seulement voilà, ce gouvernement n’est pas plus kamikaze que votre amour des droits de l’homme n’est pas sans arrières pensées. Ce gouvernement n’expulse pas plus que ne le faisait le gouvernement Di Rupo, n’implémente pas une politique migratoire radicalement différente du précédent, il assume simplement ses choix et le fait savoir, sans hypocrisie. C’est peut-être ça qui vous dérange, vous et presse.

  • Posté par Pavoine Jean-Martin, vendredi 5 janvier 2018, 19:41

    J'apprécie votre tact. La communauté Soudanaise (en tout cas à Bruxelles) est très soudée, et j'ai été témoin de gestes de solidarité entre membres que je n'ai jamais rencontré ailleurs. Ils sont également très soucieux de leur liens avec les institutions Belges. Il y a donc moyen d'obtenir de l'intelligence à ce niveau là? La réponse 'begrijp niet" sur un formulaire Belge est probablement celui du traducteur, mais, là aussi il y peu de moyens pour un accompagnement social. Toutefois, avec ce coup du C3, l'on est visiblement tombé dans une de ces zones d'ombres typiquement Belge; et donc voila, il faut faire quelque chose. Enfin je l'espère pour tous ces malheureux.

  • Posté par Jean-Marie VERDOODT, vendredi 5 janvier 2018, 18:04

    Je ne comprends pas les autres commentaires, car même si la journaliste insiste sur son parti pris, je lis "libération" d'une personne. Qui parle d'expulsion ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs