Accueil Belgique Politique

La Majesté des villes et la reine des champs

En mission humanitaire avec l’Unicef en Ethiopie, on a vu deux Mathilde. Celle des rendez-vous officiels. Et celle de terrain. Quand elle oublie quelque peu le carcan de sa fonction, pour défendre une cause. Celle des femmes et des enfants.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 7 min

Elle entre dans la « salle post-natale », se penche sur un lit, et le contraste est immédiat. Talons aiguilles, robe de haute couture, pochette et boucles d’or aux oreilles : Mathilde tranche dans cette unité de néonatalogie de l’hôpital Yekatit 12 d’Addis Abeba. Où l’on soigne la malnutrition sévère et lutte contre la mortalité infantile. Où les mères, venues essentiellement des communautés urbaines pauvres, se parent d’un voile. Où certains matelas sont posés à même le sol et les bonbonnes d’oxygène squattent les couloirs.

La Majesté des villes

Mathilde est tout sourire, montre de l’empathie, s’inquiète de la santé d’un nourrisson ou de la durée de l’hospitalisation. Mais le choc des contraires est saisissant, dans ce pays parmi les plus pauvres du monde (173e sur 186, selon l’index de développement humain de l’ONU).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Coronavirus: mini-guerre scolaire en vue sur les mesures

Comme attendu, l’école est fortement perturbée par le variant omicron. Entre ceux qui veulent encore assouplir et ceux qui jugent que cela serait irresponsable, la tension est palpable. Une réunion conjointe des ministres de la Santé et de l’Enseignement est annoncée pour mercredi.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs