Trump réclame 18 milliards de dollars pour le mur à la frontière mexicaine

© PhotoNews
© PhotoNews

C’était la promesse phare de la campagne de Donald Trump : un mur qui longerait complètement la frontière mexicaine. À peine élu président, il avait à nouveau réitéré ses propos à plusieurs reprises, précisant que le Mexique financerait le projet. Pourtant, ce n’est pas le plan qui a été soumis par la Maison Blanche au Congrès américain, selon le Wall Street Journal.

Dans ce plan qui n’a pas encore été présenté au public, l’administration de Trump prévoit de construire 505 kilomètres d’ici septembre 2027, loin des 2.050 kilomètres envisagés par le Ministère de l’Intérieur américain au début 201è. Si on y ajoute le mur qui existe déjà, cela représente 1.552 kilomètres, soit la moitié de la frontière existante.

Quant au coût, il n’est plus question de faire payer le Mexique. Le projet de sécurisation de la frontière s’élève au total à 33 milliards de dollars : 18 milliards de dollars rien que pour le mur (soit 15,4 milliards d’euros), et le reste servira à financer la technologie, le personnel et la mise en place du projet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. Kim en balade, samedi matin, sur la plage du célèbre Burj Al Arab, l’hôtel aux... 7 étoiles. @News

    Tous les regards sur Kim Clijsters à Dubaï

  3. Tristan Moreau et Nathalie Van Tongelen, au coeur du nouveau spectacle, «
Studio 100 part en live
». © Mathieu Golinvaux

    Studio 100 sort de l’écran pour un nouveau show musical

La chronique
  • Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

    Saisissant la perche tendue récemment par David Van Reybrouck, je prends la plume. Le Roi et moi, nous avons un intérêt commun dans le dénouement de la crise politique actuelle. Que serait un Roi sans son royaume ? Que serait une constitutionnaliste sans sa Constitution ? En cas d’éclatement du pays, que deviendront le Roi, sa famille, ses palais et ses yachts ? En tant que constitutionnaliste, que ferai-je de ce know-how constitutionnel local inédit sur BHV, les matières personnalisables et l’autonomie constitutive ? Pas de doute : les constitutionnalistes belges et la famille royale feront le désespoir des bureaux de placement professionnel. De manière à la fois intéressée et désintéressée, je glisse donc au Roi quelques petites recettes.

    Ceci n’est pas une pipe...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: un conseil d’ami, n’essayez plus N-VA et PS

    Mais franchement, qui est surpris ? Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS. Il fallait être Hibernatus ou moine ces derniers mois pour ne pas avoir compris que le PS ne monterait pas dans un gouvernement avec la N-VA. Certains observateurs s’en gaussaient vendredi matin : il n’y avait dans l’interview de Paul Magnette au Soir qu’une confirmation du « jamais avec la N-VA » tant de fois prononcé....

    Lire la suite