Accueil Économie Entreprises

Des zones d’ombre subsistent autour du nouveau statut des livreurs Deliveroo

Un collectif de coursiers organisait un arrêt de travail lundi soir à Bruxelles. L’entreprise anglaise veut imposer le statut d’indépendants à ses coursiers belges. La pilule passe mal chez les livreurs à la demande.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

N ous ne demandions pas grand-chose. Simplement d’avoir le choix. D’avoir la possibilité d’être protégés par le code du travail . » Douglas Sepulchre est le porte-parole de l’organisation « Coursier-e-s en Belgique ». Etudiant, il travaille pour Deliveroo, depuis la faillite de la belge Take Eat Easy. Et « n’est pas dupe ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Rocroix Josianne, lundi 8 janvier 2018, 22:14

    effacé mon précédent message ^^

  • Posté par Patrick Finders-Binje, lundi 8 janvier 2018, 17:46

    Les coursiers à vélo, les nouveaux esclaves.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs