Accueil Belgique Politique

François Bellot: «Limiter la vitesse à 50 km/h sur les autoroutes en fonction des circonstances»

Le ministre de la Mobilité veut un système de limite de vitesse dynamique.

Temps de lecture: 1 min

François Bellot, le ministre fédéral de la Mobilité, veut adapter la vitesse des usagers sur les autoroutes aux circonstances du trafic. « Le matin, vers Bruxelles, il n’est pas logique que l’on autorise à rouler à 120 km/h. Ça crée des accidents en cascade. Il faut réduire la vitesse maximum autorisée à 90, 70 ou 50 km/h, si le trafic est dense », a-t-il expliqué sur les ondes de Bel RTL.

Il entend également lutter contre les chauffards, en alourdissant les peines en cas de délit de fuite et en mettant en place un éthylotest anti-démarrage.

Le RER prêt en 2023

François Bellot a, en outre, évoqué la reprise des travaux du RER, en mars. « C’est un événement en soi de recommencer ces travaux. L’objectif est d’avoir un train toutes les 15 minutes entre Bruxelles et Ottignies, et entre Bruxelles et Nivelles. Vers Ottignies, nous avons tous les permis, donc ce sera terminé en 2023 ou 2024. Vers Nivelles, les travaux ne seront pas terminés avant 2031, alors que leur fin était prévue pour 2027, car nous n’avons plus de permis sur les portions flamande et bruxelloise du trajet, mais des trains rouleront déjà à partir de 2023 », a-t-il expliqué.

Touring: «Les limites de vitesse flexibles seront plus respectées par les chauffeurs»

François Bellot a proposé de réduire la vitesse autorisée sur les autoroutes lorsque les conditions de circulation étaient plus difficiles.

Temps de lecture: 1 min

François Bellot a défendu l’idée, ce matin sur les ondes de Bel RTL, d’adapter les limites de vitesse aux conditions de circulation. Il propose, en cas de trafic dense, de « réduire la vitesse maximum autorisée à 90, 70 ou 50 km/h », sur les autoroutes.

Ce que soutient Touring. « Nous défendons aussi ce principe de limites flexibles en fonction des circonstances et de la densité du trafic. Roulons à 130 km/h là où il y a moyen, mais aussi moins vite lorsque les conditions sont difficiles », a réagi Danny Smagghe, porte-parole de Touring, contacté par « Le Soir ».

Danny Smagghe estime surtout que des limites adaptées aux conditions logiques seront « plus respectées par les chauffeurs, puisqu’ils les trouveront plus justifiées ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Lambinet Guy, lundi 15 janvier 2018, 12:20

    flexibilité des vitesses sur autoroutes est une bonne solution. En Allemagne, cela existe depuis très longtemps et les allemands les respectent ! Pourquoi les "petits belges" ne pourraient pas faire de même. Le seul souci, à mes yeux, les limitations à 120 km/h font que le belge quand il roule vite, il est dangereux parce que pas habitué à rouler vite. Voir dans ses rétroviseurs une voiture rapide nécessite d'etre attentif à la route tant devant que derrière soit. L'anticipation doit etre de mise et les rouleurs calés au milieu d'une autoroute est mille fois plus dangereux.

  • Posté par Rebts Jean-Louis, mercredi 10 janvier 2018, 19:37

    C'est logique, j'emprunte souvent le ring d'Anvers, c'est l'idéal.

  • Posté par Billen Jacques, mercredi 10 janvier 2018, 14:57

    Bah... ! Le jour où TOUTES les voitures seront équipées de régulateur de distance, de limiteur et régulateur de vitesse et de percepteur de rail électronique, les vitesses seront alors automatiquement limitées de 30 Km/h ... à 300 Km/h. Et tout existe déjà pour le faire.

  • Posté par Wafellman Fabienne, mercredi 10 janvier 2018, 13:20

    C'est déjà d'application en Flandres où des panneaux lumineux se modifient en fonction du trafic (un autre exemple, Antwerpen). On pourra d'ailleurs appliquer cette mesure de façon intelligente sur nos routes dans les villes. Une vitesse limitée à 30km/heure devant une école à 23h00 ne sera pas respectée (logiquement). SI ceci était imposé aux heures scolaires élargies, beaucoup plus d'automobilistes seraient enclins à le respecter.

  • Posté par Arnould Philippe, mercredi 10 janvier 2018, 8:53

    Si on gère la mobilité sur les autoroutes comme on gère celle de Bruxelles, ça ne bouchonnera pas moins.

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs