Accueil Économie Mobilité

Les travaux du RER pas finis avant 2031: retour sur 15 ans de galère

Le ministre de la Mobilité François Bellot a confirmé, ce mercredi matin, la date pour l’achèvement total des travaux du RER.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

On serait tentés d’en rire si ce n’était pas, au fond, un peu triste (du point de vue des usagers du rail en tout cas) : depuis la signature de l’accord de coopération entre l’Etat et les régions en 2003 pour la création d’un Réseau express régional (RER) autour de Bruxelles, la date d’achèvement du chantier n’a cessé d’être repoussée.

Si le premier calendrier prévoyait une mise en service en… 2012 (!), les ministres des Transports ou de la Mobilité successifs ont presque tous dû biffer la date fixée par leurs prédécesseurs pour en proposer une nouvelle : 2016, 2019, 2022, 2025, 2027 et, finalement, 2031. C’est cette dernière échéance qui a été confirmée par l’actuel titulaire du maroquin, François Bellot (MR) ce mercredi sur les ondes de nos confrères de Bel RTL.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Serge Vandeput, jeudi 11 janvier 2018, 8:01

    La Wallonie a besoin de 30 années pour construire un petit RER. A Dubai ils ont construit une ville de 5 millions d'habitants, des centaines d'hôtels, des métros, des îles artificielles ,des centaines de km de routes dans le même temps. Tout va bien, votons encore PS.

  • Posté par Giot Francis, mercredi 10 janvier 2018, 22:10

    Vraiment incompréhensible qu'il n'y ait pas un rééquilibre entre la Flandre et la Wallonie ! le RER flamand se termine et les MR wallons, à la solde des Flamands y contribuent largement. quand le fédéral aura payé ce sera la régionalisation et une Wallonie avec un chemin de fer moins performant qu'au siècle passé ! Y aura-t-il un jour une équipe de journaliste pour montrer la qualité du réseau en Flandre et la comparé avec celle du réseau wallon ? hier encore un accident de personne en Flandre a entrîné une quinzaine de minutes de retard... en Wallonie ce serait 2 ou 3 heures ... Ne faut-ilpas s'interroger sur la nécessité de quitter la Belgique pour la France ?

  • Posté par Coets Jean-jacques, mercredi 10 janvier 2018, 21:48

    Ha oui, la faute aux Flamands...tiens, tiens, la plupart des ministres (in)compétents étaient wallons...! Mais alors, c'est la clé de répartition 60/40...oui sauf que "nous ne sommes demandeurs de rien" est passé par là, alors bien sûr, on ne négocie pas non plus...! Et puis, le nombre de recours au Conseil d'Etat, en majorité côté francophone... C'est connu, je veux du RER...mais pas dans mon jardin. Et qui a laissé les permis s'éteindre, faute de travaux...? Mais soyons honnête, le RER fonctionne à 75%, je l'utilise chaque semaine depuis Haren-sud ou Bordet, et cela fonctionne plutôt bien !

  • Posté par Lespagnard Frans, mercredi 10 janvier 2018, 19:48

    Immense responsabilité des responsables politique wallon toutes tendances politiques confondues car le département des transports a été depuis les années 90 époque où la volonté de créer un réseau régional est déjà bien ancrée dans les esprits, aux mains d’élus wallons et francophones (Coeme, Di Rupo, Durant, Daerden, Magnette,Labille,Galant, Bellot). On rappellera que l’accord de 2003 reprend le projet déjà inscrit dans Star 21, le projet de la SNCB pour les 30 prochaines années, ....de 1989. On ajoutera les blocages bruxellois et wallon peu volontaires pour accélérer le renforcement du transport collectif....et trouvant inévitablement le secours de toutes les formations politiques soucieuses avant tout de protéger la consommation privée et le recours à la voiture individuelle. Les voitures de société, le relèvement de la charge des camions à 60 tonnes et la proposition de relever les vitesses à 130 km/Heures vont toutes dans le même sens : conforter la circulation routière. Si on ajoute le manque d’ambition et l’inscouciance, un euphémisme, des élus wallons à défendre l’intérêt de leur région, on n’a même plus besoin de l’argument classique et usé, « c’est la faute aux flamands ».

  • Posté par Jerome ARFI, jeudi 11 janvier 2018, 17:25

    L'attitude belge envers la bagnole : ignominie. Comparer avec les Pays-Bas : désastre belge. Se rappeler que le premier train du continent européen a circulé en Belgique et que la Belgique exportait des locomotives et construisait des lignes jusqu'en Chine. L'incompétence abjecte de la classe politique n'est pas la seule responsable. Les Belges, en particulier les Wallons, adorent leur bagnole, laquelle constitue désormais la dernière trace d'une identité collective. 70 % des Wallons n'ont pas utilisé de transport en commun en 2017. Les adorateurs de la bagnole éructent, la bave aux lèvres, contre la destruction du viaduc Ryer à Bruxelles, timide et unique témoignage d'une vague volonté politique de lutter contre l'enfer automobile de la capitale européenne de la pollution. Egoïsme, inconscience, irresponsabilité collective. Désastre.

Plus de commentaires

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs