Le New York Times qualifie Theo Francken de «Trump flamand»

©Photonews
©Photonews

Ce jeudi, le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken, va défendre sa politique migratoire au Parlement après la fameuse affaire des Soudanais.

Mais même dans les médias américains, l’agitation autour de M. Francken est suivie… Le New York Times a publié un article le qualifiant de « Trump flamand », « The Flemish Trump ».

«  Theo Francken est un nationaliste flamand de 39 ans qui a été désigné secrétaire d’État à l’Asile et la Migration en 2014. Il est connu pour faire des déclarations incendiaires sur les migrants ; en septembre, il s’est excusé pour avoir utilisé le terme ’nettoyer’ pour une opération de police lors de laquelle plusieurs immigrants sans papiers ont été arrêtés », relate le New York Times. «  Ses supporters et ses détracteurs appellent M. Francken ’le Trump flamand’».

La comparaison ne plaît pas trop à Theo Francken lui-même. «  Come again ? », a-t-il écrit sur Twitter. Il a répondu avec une interview diffusée dans Terzake, sous-titrée pour l’occasion en anglais. Le Washington Post avait déjà qualifié M. Francken d’« extrémiste anti-immigration ».

Theo Francken répond sur Twitter

Theo Francken s’en insurge sur Twitter et publie une réponse à ces « attaques » : « Je ne suis pas ‘anti-migration’, je n’ai jamais été ‘anti-migration’. Je ne suis définitivement pas un ‘extrémiste anti-immigration’ comme le soutient fortement le Washington Post. Je suis pro migration quand c’est correctement organisé et contrôlé. Nous accueillons les gens et nous sommes un pays accueillant et nous devons maintenir ce cap ».

« Nous avons besoin d’un ensemble clair de règles qui soient absolument claires et sans ambiguïté pour le bien des migrants et pour le bien du pays d’accueil. C’est exactement pour cela que les choses se sont mal déroulées. Depuis plus de 30 ans, la migration a été un désordre complet. Je pense que nous avons besoin d’une approche différente. Nous avons besoin de règles claires qui soient strictement respectées. Cette approche est donc absolument juste mais aussi parfois résolue lorsque les circonstances l’exigent. Mon parti politique (la N-VA) ne sera jamais un ‘parti anti-immigration’ et dans un tel parti je ne pourrais jamais me sentir chez moi parce que ce n’est pas ce que je soutiens », a conclu le secrétaire d’Etat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite