Un collectif anti-colonial déboulonne une statue de Léopold II à Forest

Un collectif anti-colonial déboulonne une statue de Léopold II à Forest

Un buste de Léopold II qui se trouvait dans le parc Duden à Forest a été déboulonné dans la nuit de mercredi à jeudi par un collectif anti-colonial, afin de dénoncer la colonisation du Congo initiée par l’ancien monarque belge. «Free Congo» et d’autres allusions au colonialisme ont été inscrites sur le socle de la statue volée, indique le bourgmestre de Forest Marc-Jean Ghyssels (PS).

«Je comprends les positions anti-coloniales de certains mais j’estime que ce comportement de taliban est regrettable. Il s’agit de vandalisme un peu primaire auquel ses auteurs donnent un habillage humaniste. S’en prendre à une œuvre décorative prévue pour un parc ne va pas changer l’histoire de la colonisation. De manière générale, je ne suis pas favorable aux mouvements qui souhaitent faire disparaitre l’histoire ancienne en voulant changer les noms des rues, débaptiser des places, etc. car je pense que c’est un mauvais combat», s’exclame Marc-Jean Ghyssels.

Le collectif anti-colonial nommé Association citoyenne pour un Espace public décolonial (ACED) a justifié son geste. «Mis à l’honneur par l’historiographie officielle, Léopold II est surtout l’auteur d’une entreprise méthodique de pillage, responsable de plusieurs millions de morts, qui a profondément déstructuré les sociétés locales. La gravité de ces crimes invalide toute démarche visant à louer publiquement l’action de Léopold II dans d’autres domaines», a-t-il ainsi déclaré, en ajoutant notamment qu’il était «urgent de sortir de cet inconscient collectif raciste, impérialiste et colonial, ce qui passe, entre autres, par une décolonisation de l’espace public».

Par le passé, des activistes s’en sont déjà régulièrement pris à des statues du monarque controversé. La statue équestre de Léopold II, sur la place du Trône à Bruxelles, a ainsi été badigeonnée de peinture rouge en 2008, 2013 et 2015.

En 2017, une autre statue du deuxième roi des Belges à Mons a été recouverte de photos rappelant les exactions coloniales. En 2004, c’est une main d’une statue de Léopold II, dressée sur la digue d’Ostende, qui a été coupée en guise de protestation contre la politique coloniale menée par ce souverain au Congo.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

  2. 10767242-002-GJND0JDBD.1

    Les entreprises gavent-elles trop leurs actionnaires en dividendes?

  3. Geert Pauwels. © Kempenaerts

    Geert Pauwels: «Le transport de fret ferroviaire est une des solutions pour le climat»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite