Accueil Opinions Chroniques

Soudan: des jeux politiques pathétiques, mais en aucun cas l’objet de la polémique

Voici la chronique de notre éditorialiste en chef parue ce matin dans « De Standaard ». Le journal flamand donne deux fois par mois la plume et un espace d’expression à notre journaliste.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 4 min

S’il arrive à la fin de la législature – et on prend les paris que ce sera le cas  –, Charles Michel devra payer un verre… aux patrons, notamment flamands. Le Voka est sans conteste le plus solide allié d’un Premier ministre torpillé depuis le début de cette coalition par des partis flamands qui tirent régulièrement des balles dans le dos de leurs partenaires et dans les pieds de leur gouvernement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par De Bilde Jacques, vendredi 12 janvier 2018, 8:38

    Je trouve les commentaires bien sévères à l'égard de Béatrice Delvaux. Chacun comprend ce qu'il veut comprendre en fonction de son propre prisme idéologique. En ce qui concerne le Voka, il faut être naïf de penser, qu'au plus haut niveau de pouvoir, les politiques y arrivent uniquement en fonction de leurs qualités intrinsèques. Ils sont, à un moment donné, le reflet de forces économiques et/ou sociales qui soutiennent le projet politique. L'exemple le plus "terrifiant" est celui de l'arrivée au pouvoir d'A. Hiltler dont le principal soutien vient des industriels allemands tels les Krupp, Siemens, Bosch, Thyssen. Ce sont eux qui ont déterminé la politique économique de Hitler.

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 11 janvier 2018, 17:29

    Cette chronique est horriblement mal écrite. Citons une phrase parmi d'autres: "Et ce n’est pas parce que l’emploi et la compétitivité vont mieux et qu’il faut d’urgence encore colmater le nucléaire et la mobilité, qu’il serait superfétatoire de se préoccuper de la qualité de notre démocratie et de son respect des principes". Qu'est-ce que cela veut dire? Comme le disait Orwell, la désorganisation de la langue favorise la frivolité de la pensée.

  • Posté par Roosemont Charles, vendredi 12 janvier 2018, 8:51

    Ouf, Mr Stals, on peut vraiment dire que ce que vous écrivez est vraiment "démocratique". Quel langage châtié! C'est assez "classe Trump",non?

  • Posté par Serge Vandeput, jeudi 11 janvier 2018, 17:53

    Scindons ce pays, le Nord et le Sud n'ont plus rien en commun. C'est comme si des esquimaux et des Chinois vivraient dans UN pays.

  • Posté par Lempereur Gael, jeudi 11 janvier 2018, 15:40

    Il est très intéressant d'apprendre que c'est le Voka qui dirige le pays. Mais c'est également très inquiétant, car cela sous entend que notre pays n'a plus rien de démocratique et que les élections ne servent à rien ou presque.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs