Accueil Économie Consommation

Le scénario d’une nouvelle centrale nucléaire: «L’agenda caché du fédéral?»

La construction d'une nouvelle centrale nucléaire figure parmi les scénarios étudiés par le gouvernement. L’opposition a vivement réagi.

Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement fédéral a intégré parmi ses pistes de réflexion sur le pacte énergétique la construction d’une nouvelle centrale nucléaire, écrit La Libre sur son site internet. Renseignements pris par Belga, il s’agit d’une réflexion «tout à fait théorique» tenant compte d’"hypothèses minimalistes» et «maximalistes». Le conseil ministériel restreint se penchera demain vendredi sur la «méthodologie» de l’exercice de chiffrage du pacte.

Fin de l’année dernière, la N-VA a refusé d’avaliser le pacte d’énergétique au motif que la sortie du nucléaire en 2025, prévue par l’accord de gouvernement, ne permettait pas à ce stade de rencontrer les objectifs d’approvisionnement de l’électricité et de maintien du niveau de coût.

Le gouvernement fédéral a dès lors invité le professeur de l’université de Gand Johan Albrecht (Itinera) ainsi que le Bureau du plan à chiffrer l’impact de différents scénarios. Selon La Libre, la construction d’une nouvelle centrale nucléaire en 2040 figure parmi les scénarios étudiés.

Joint par le quotidien, le cabinet de la ministre fédérale de l’Energie Marie Christine Marghem n’a ni confirmé ni infirmé l’information.

L’oppostion se déchaîne

L’opposition a déjà réagi à la Chambre et sur les réseaux sociaux à l’hypothèse de la construction d’un nouvelle centrale nucléaire. «Vous avez répondu que ’vous étudiez toutes les possibilités’ à ma question de savoir si vous envisagiez de construire une nouvelle centrale nucléaire. Vous l’envisagez donc», a indiqué Raoul Hedebouw (PTB) après avoir interrogé à la Chambre le premier ministre Charles Michel.

«Je n’entends pas de démenti à propos de l’étude sur la construction d’une nouvelle centrale nucléaire. Est-ce l’agenda caché?» du gouvernement, s’est demandé Michel de Lamotte (cdH). «Pourquoi réaliser ce genre d’étude si le gouvernement voulait vraiment sortir du nucléaire? Encore un diktat de la NVA? Encore un revers pour le premier ministre fantôme?», s’est interrogée Karine Lalieux (PS). «De mieux en mieux...», a observé pour sa part Jean-Marc Nollet (Ecolo).

 

À lire aussi Bart De Wever fait de la sortie du nucléaire un des thèmes des prochaines élections

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, vendredi 12 janvier 2018, 11:01

    La Belgique figure bien parmi les précurseurs ... mais du recours à l'énergie nucléaire! C'est sans aucun doute du notamment à sa grande tradition industrielle, produit d'esprits bien formés. Faut-il déduire du déclin de cette tradition industrielle au cours des 50 dernières années, outre le déclin économique wallon, également un recul significatif dans la formation des esprits? Déclin dans la formation qui rendrait les belges, et les Wallons en particulier, plus réceptifs à toute une série d'arguments objectivement irrationnels et principalement d'ordre idéologique, cherchant surtout à distiller la crainte en vue de susciter et d'instrumentaliser électoralement un débat à ce sujet au profit électoral potentiel des partis de gauche (au sens large) ? À moins d'un puissant retour de flamme du à la prise de conscience de cette instrumentalisation? Car, comme le soulignent d'autres intervenants, les faits sont tenaces: le nucléaire est une réalité en développement croissant, à laquelle les Belges, précurseurs dans l'âme en cette matière, feraient bien de ne pas se fermer, contrairement à ce que certains cherchent à obtenir du monde politique belge. Les Belges, isolés, seuls à renoncer au nucléaire au moment où tout le monde y investit? Alors même que le Japon y revient et que l'Allemagne pourrait bien changer radicalement de cap devant le champ de ruines qu'est sa politique énergétique actuelle? Deux nouvelles centrales nucléaires de nouvelle génération, à construire au plus vite, permettraient de faire face pour les 60 à 80 années à venir, notamment au remplacement du parc nucléaire actuel. Elles permettraient aussi de regarder venir sans aucune crainte et droit dans les yeux la transition énergétique pour le différentiel d'avec la production nucléaire et surtout de valider celle-ci ... ou de la rejeter comme non praticable, cela sans s'engager dans les mêmes risques que l'Allemagne.

  • Posté par stals jean, jeudi 11 janvier 2018, 20:13

    Un dicton de chez nous prétend qu'il n'y a que les sots qui ne changent pas d'idées... Les citoyens de Belgique résolument hostiles aux réacteurs nucléaires qui produisent de l'électricité feraient bien d'aller faire un tour sur internet qui nous renseigne en abondance et tous azimuts à propos de cette manière de produire de l'électricité. On veut arrêter Tihange et Doel et ainsi ne plus produire des déchets radioactifs comme le Plutonium, ne plus risquer non plus un deuxième Tchernobil. L'idée part à priori d'un très noble sentiment. Mais voilà, dans le monde entier on continue à construire des dizaines de réacteurs nucléaires et des usines pour le sois disant retraitement intelligent de ces centaines de tonnes de déchets monstrueusement dangereux pour l'Avenir du Vivant. Rien qu'en Chine, 25 réacteurs sont présentement en construction...Arrêter le nucléaire belge? De qui se moque-ton alors que nous n'avons ni gaz ni pétrole ni charbons ni forêts "tous trucs" qui produisent du CO2 par million de tonnes comme Monsanto-Bayer produit du glyphosate...Pour quelques kilos de plutonium de plus, alors que 500 réacteurs nucléaires qu'on le veille ou non sont la et bien la, que nos voisins français sont les plus gros consommateurs d'électricité nucléaire au Monde, avec 50 et quelques réacteurs, nous à quelques kilomètres de la,et nos 2 sites de production 'électricité d'origine nucléaire, on jouent les vierges effarouchées et les paranos...Jules César, pas celui du grand Jojo mais le vrai, avait raison de dire; "de tous les peuples de la Gaule, les belges sont les plus cons"...quand les français à partir d'un réacteur nucléaire veulent produire de l'hydrogène, on n'a pas l'air con en effet...

  • Posté par Etienne Van den Eeckhoudt, jeudi 11 janvier 2018, 20:47

    Les belges ne sont pas les plus cons, ils sont les plus courageux. Si les allemands construisent des centrales au charbon, nous ne sommes pas obligé de le faire également. Les précurseurs finiront par être suivi. Avoir raison trop tôt c'est mieux que d'avoir raison trop tard.

  • Posté par Remi Baeyens, jeudi 11 janvier 2018, 18:42

    Pourquoi pas.Objectivement, écartant tous les aspects 'idéologiques' et pseudo- scientifiques, c'est la solution que des pays plus sensés ont décidée. C'est tout de même mieux que d'ouvrir des nouvelles mines de charbon à ciel ouvert comme en Allemagne.

  • Posté par Lacroix André, jeudi 11 janvier 2018, 18:12

    Le gouvernement N-VA / (mr) ne ment jamais , il oublie de dire !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb