Accueil Économie

Scandale à l’huile d’olive: la Belgique demande des explications

Le ministre de l’économie belge Kris Peeters demande à son homologue italien de lui fournir « des informations dans les plus brefs délais ».

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef adjoint et chef du service Monde Temps de lecture: 2 min

Coup de tonnerre en début de semaine lorsqu’on apprenait que le parquet de Turin avait ouvert une enquête pour fraude concernant plusieurs marques d’huile d’olive (Sasso Classico, Bertolli Gentile, Pietro Coricelli Selezione, Carapelli il frantalio…). En caricaturant, la justice italienne soupçonne 7 grandes marques de faire passer de l’huile d’olive « ordinaire » ou de grignon (de qualité nettement inférieure) pour de l’huile extra-vierge, qui est de première pression à froid. En juin, un magazine spécialisé avait analysé des échantillons de 20 huiles « extra-vierges » et découvert que neuf d’entre elles ne correspondaient pas aux critères de qualité de cette appellation qui fait souvent grimper les prix de 30 à 40 %. Le ministre de l’Agriculture, Maurizio Martina, s’est rapidement fendu d’un communiqué pour affirmer qu’il suivait de près cette affaire touchant « un secteur stratégique ». La Belgique a décidé de mettre la pression tout de suite.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs