Accueil Société

La Suisse en pince pour le homard et inspire la Wallonie

En Suisse, jeter un homard non étourdi dans l’eau bouillante sera bientôt interdit. Moins anecdotique qu’elle n’y parait, l’idée pourrait même être envisagée en Wallonie…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La nouvelle aurait facilement pu passer à travers les mailles du filet de l’information, et pourtant, la décision prise par le Conseil fédéral suisse d’interdire l’ébouillantage des homards vivants a vite fait le tour des médias francophones, qui semblent se passionner pour la question. C’est une première dans la défense du bien-être animal : à partir du 1er mars, les restaurateurs suisses se verront dans l’obligation d’étourdir les « décapodes marcheurs vivants », tels le homard, avant de les plonger dans l’eau bouillante. Si la décision satisfait globalement les organismes suisses de défense des animaux, elle a laissé certains observateurs perplexes : n’en fait-on pas un peu trop, et n’y a-t-il pas d’autres combats plus importants pour la cause animale ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lilien Raymond, vendredi 12 janvier 2018, 10:49

    Faudra-t-il aussi endormir les huitres (en leur chantant une berceuse ?) avant de les gober ? Et leur infliger une goutte de citron avant de les consommer, est-ce de la torture ?

  • Posté par Lambert Paul, jeudi 11 janvier 2018, 20:25

    et quid des crevettes...... tout cela devient débile et quid des poissons, et autres pourquoi pas une loi européenne interdisant purement la vente de tout aliment qui doit être tué finalement ce serait plus simple

  • Posté par Dehant Thierry, jeudi 11 janvier 2018, 20:02

    "Cela pose question par rapport aux conditions de mise à mort à domicile, qui ne sont pas encadrées par des professionnels et ne sont donc peut-être pas réunies pour que l’animal souffre le moins possible" Un professionnel pourra peut-être s'assurer que l'eau bout bien à 100° mais pas le commun des mortels, bien évidemment.... Ceci, sans vouloir minimiser le moins du monde le bien-être animal

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs