Accueil Belgique Politique

La suédoise se resserre sur le dossier soudanais

Ereinté par l’opposition, surtout ciblé sévèrement par Patrick Dewael, chef de groupe VLD, Theo Francken promet de revoir sa façon de communiquer.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Affaire classée ? Les partenaires de la suédoise réitèrent leur adhésion à la politique d’asile en marquant leur confiance dans l’exécutif. On reproche à Theo Francken ses excès en termes de com’. Le secrétaire d’Etat en convient : « J’en parlerai avec le Premier ministre ». Charles Michel l’a convoqué au « Seize », il est attendu ce vendredi matin.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Bernard Dropsy, vendredi 12 janvier 2018, 11:05

    Il va convoquer le 1er ministre pour lui en parler ! Il serait peut-être temps de comprendre que la NVA fait ce qu'elle quand elle veut , du moment qu'elle reste au service de La VOKA ! Ils peuvent vous promettre la lune en restant sérieux, tout en se disant : cause toujours !

  • Posté par Jacques Nissenbaum, vendredi 12 janvier 2018, 6:44

    On ferait mieux de s'occuper des belges qui vivent dans la précarité avant de se soucier de la misère du monde! 1 enfant sur 4 vit sous le seuil de pauvreté, des milliers de personnes sont SDF, des retraités n'arrivent pas à nouer les deux bouts, etc. Balayons d'abord devant notre porte.

  • Posté par Robert Moor, vendredi 12 janvier 2018, 9:52

    Un humain = un humain, qu'il soit de Belgique ou d'ailleurs ! Avec de tels raisonnements, on crée de la ségrégation, on hiérarchise les valeurs de solidarité. C'est inacceptable. Le pauvre soudanais qui a quitté sa dictature, franchi des obstacles multiples, au péril de sa vie, pour arriver en Belgique a droit à notre aide, notre soutien et n'a pas à être refoulé dans cette scandaleuse dictature par les autorités belges, qui ne pouvaient ignorer les tortures que pratiquent tous les pays dictatoriaux ! Et ça n'a rien à voir avec la pauvreté dans notre pays, que l'on doit bien évidemment aussi traiter. Ce n'est pas l'un ou l'autre mais l'un et l'autre ! Nous avons assez de richesses pour nous occuper des uns et des autres. C'est une question de volonté gouvernementale.

  • Posté par Jacques Nissenbaum, vendredi 12 janvier 2018, 6:44

    On ferait mieux de s'occuper des belges qui vivent dans la précarité avant de se soucier de la misère du monde! 1 enfant sur 4 vit sous le seuil de pauvreté, des milliers de personnes sont SDF, des retraités n'arrivent pas à nouer les deux bouts, etc. Balayons d'abord devant notre porte.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 12 janvier 2018, 0:06

    Renvoyer des personnes dans un pays dictatorial où existe pour elles le risque de maltraitance, de persécution, de torture, un problème de communication ? Voilà qui paraît à tout le moins réducteur ! Il suffit donc de le dire avec des fleurs !

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs