Accueil Belgique Politique

Suédoise: pour une vision énergétique, on repassera

Les chercheurs devant chiffrer les scénarios d’une sortie du nucléaire en 2025 vont se pencher sur un scénario inverse. Un « pur exercice intellectuel » ou un « diktat de la N-VA » ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

La construction d’une nouvelle centrale nucléaire, en Belgique, en 2040 ! Tel est l’un des scénarios sur lequel le gouvernement a choisi de faire cogiter le professeur gantois Johan Albrecht et le Bureau du Plan. Un scénario, dévoilé par nos confrères de La Libre, qui est pour le moins étonnant dès lors qu’on pensait les énergies gouvernementales focalisées vers la réussite d’une transition énergétique prévoyant, au contraire, la concrétisation de la sortie du nucléaire à l’horizon 2025 et la mise en œuvre du « 100 % renouvelable » à l’horizon 2050.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Visiteur, samedi 13 janvier 2018, 14:20

    Et les pro du nucléaire, c est vous qui vous obstinez, l eolien est deja moins cher et le solaire aussi... L eolien coute 30€/mgwh ( ou 4cents/kwh), rendement DEJA compris et n arrete, et n arretera pas de chuter et c est sans etre subsidié. Le nucleaire depasse ce prix de 30€ (60€/mgwh a la fin du projet car les couts explosent toujours). Faites le calcul une eolienne de 3mwh cout environ 3millions€ sans subsides. Elle tourne 30% du temps ( statistiques observees sur les années précédentes en Belgique). Ca donne 3millions€/3Megawatth*24h*365*15ans (je suis gentil c est plutot 20 à 30 ans mtnt)*0,28(rendement)= 3millions d euros+(15*30.000€ d entretien annuel)/117,8Gigawatth(120millions de kwh)=29€/mgwh ou 2,9cents/kwh. Et ne parlez pas du cout de stockage il est d 1cents/kwh ou 10€/mgwh selon un organisme officiel aux UK (UKERC). Par contre la fusion nucléaire est effectivement l avenir.

  • Posté par Weissenberg André, vendredi 12 janvier 2018, 13:27

    "Energie du passé"? C'est le recours à ce genre de formules à l'emporte-pièce, au fondement purement idéologique, et pour le surplus totalement fausses factuellement (le reste de la planète démontre au contraire qu'il s'agit de l'énergie de l'avenir, aux côtés du renouvelable), qui doit servir d'argument ultime pour justifier une option politique erronée? Pour justifier un choix en faveur d'un concept mal abouti ("100% de renouvelable en 2050") et d'une politique énergétique bancale (abandon du nucléaire en 2025) qui s'appuye sur ce concept, qui est en train de conduire l'Allemagne dans le mur au point qu'elle se voit contrainte de renoncer à satisfaire à ses objectifs climatiques? Les imbéciles (puisqu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis et s'enferment dans des positions intenables alors même qu'on leur démontre qu'ils font fausse route ...) qui veulent à tout prix enfoncer la Belgique ("Belgium, one point!") en persévérant coûte que coûte (c'est le cas de le dire!) dans ce choix d'un modèle funeste, sont donc acculés à cette dernière extrémité! La Belgique, seule contre tous! Ha ha ha! La politique est en principe l'art de garder toutes les options ouvertes pour sélectionner la bonne au moment opportun. Mais les mêmes imbéciles reviennent maintenant à la charge, en avançant cette fois le coût de la construction d'une nouvelle centrale nucléaire comme étant prohibitif. Mais quid du coût que subit déjà le particulier en Belgique du fait des choix absurdes effectués dans le cadre de la politique actuellement suivie? Encore une fois, il suffit de regarder chez nos voisins allemands, ce qui s'y passe. C'est très instructif. C'est que le modèle retenu, la "transition énergétique" telle qu'elle est organisée, y est, comme chez nous, absolument dispendieux, totalement impayable, au figuré, comme au propre! Alors, à côté des dizaines de milliards d'euros en jeu, par exemple pour la seule reconfiguration du réseau (le grid), ne serait-ce que pour interconnecter en très grande capacité les réseaux européens afin de permettre, dans le futur, les échanges de très grands volumes d'électricité, le coût d'une ou de deux nouvelles centrales nucléaires ferait presque figure d'option "low cost"! La conclusion de l'auteur est correcte: pour ce qui est de la vision qui doit présider à l'avenir énergétique du pays, on repassera!

  • Posté par edouard Poppe, vendredi 12 janvier 2018, 14:21

    Je suis entièrement de votre avis. Nucléaire= énergie du passé??? Je ne sais pas quel est le tordu qui a énoncé cela mais que dire des centrales au gaz qui devraient replacer en Belgique le nucléaire et de celles au charbon comme en Allemagne? Les centrales nucléaires de dernière génération, sont d'après tout ce que j'ai pu apprendre et lire d'une grande sécurité, les moins polluantes et les plus rentables. La France compte d'ailleurs en installer et c'est qui vendra son électricité et se fera un pont d'or. Dire on arrête le nucléaire en 2025 c'est facile, c'est très Tendance, le réaliser sans aucune préparation en est une autre chose. Les centrales au gaz vont coûter très chères et que dire de leur émission de CO2. Après la saga des panneaux photovoltaïques en Wallonie, qui ont coûter des millions, on est reparti pour le tout au vent et le tout au vélo, affligeant

  • Posté par Dopchie Henri, vendredi 12 janvier 2018, 12:05

    Gardons nos centrales nucléaires tant que l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire le permettra.

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs