Marc Vandercammen rejoint la liste de Georges-Louis Bouchez, Mons en mieux!

L’ancien directeur du CRIOC est bien connu du grand public.
L’ancien directeur du CRIOC est bien connu du grand public. - D.R.

C’est une réponse du « tac au tac ». Prié jeudi par ses militants d’avancer dans la constitution de la liste plutôt que de perdre du temps à tenter de rallier le CDH montois, le leader de Mons en mieux !, Georges-Louis Bouchez n’a pas tardé à réagir. Ce vendredi, il signifie avoir compris le message en annonçant, dans un communiqué, l’arrivée d’une nouvelle « tête » connue du grand public : Marc Vandercammen. Le Monsieur « Conso » de la télé, ex-directeur du CRIOC a en effet décidé de rallier la liste citoyenne créée par le libéral dans le cadre des élections communales de 2018 à Mons. « Cette arrivée est importante à l’égard de la société civile, estime Bouchez. Non engagé dans un parti, Marc incarne une volonté citoyenne de s’engager en politique totalement concrétisée par « Mons en mieux ! ». Cette démarche s’inscrit en totale cohérence avec ses engagements bien connus au service de la protection des consommateurs concrétisés, entre autres, lors de ses 12 années passées au Centre de Recherche et d’Information des Organisations de Consommateurs (Crioc) où sa verve et sa connaissance des dossiers lui ont permis de résoudre de nombreuses difficultés au service du public en général. »

« Améliorer le quotidien des gens »

Marc Vandercammen explique quant à lui que sa démarche est totalement citoyenne : «  Je n’ai jamais été affilié à aucun parti. J’ai accepté d’être candidat « Mons en mieux ! » sans appartenir à un quelconque parti. Je veux faire des choses similaires aux actions que je menais au Crioc : améliorer le quotidien des gens, les aider à mieux vivre. Pour moi, c’est l’un des points les plus importants. »

Bouchez se réjouit évidemment de l’arrivée de Marc Vandercammen qu’il a rencontré lors de différentes réunions citoyennes auxquelles il a participé.« Je l’ai longtemps regardé dans les médias sans savoir qu’il était montois, je suis aujourd’hui heureux de le compter dans notre équipe. Mons en mieux ! » confirme ainsi chaque jour son statut de liste de rassemblement des Montoises et des Montois reposant sur un projet fort, dynamique et positif pour notre Ville que nous aimons tant. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite