Liège: le chantier du tram sur les rails

Dans cet article
Michel Firket, l’échevin chargé de la Mobilité, a toutes les raisons d’être heureux : « Liège va enfin connaître la mobilité alternative à laquelle elle aspirait. »
Michel Firket, l’échevin chargé de la Mobilité, a toutes les raisons d’être heureux : « Liège va enfin connaître la mobilité alternative à laquelle elle aspirait. » - Michel Tonneau.

Nous pouvons l’annoncer haut et fort, « le tram liégeois devient réalité ». Après l’abandon d’un des trois candidats au marché, il ne reste qu’aux deux derniers de rendre un dossier finalisé avec quelques précisions demandées pour la dernière étape. Le choix définitif sera effectué au cours de l’été prochain. Tous les délais semblent être respectés actuellement. Le tram liégeois sera donc bel et bien mis en service dans le courant de l’année 2022.

Pourtant, les Liégeois n’y croyaient presque plus. Le retour du tram à Liège est sujet à débat depuis une dizaine d’années dans le milieu politique, mais concrètement, la Société régionale wallonne du Transport (SRWT) avait déposé la demande de permis en 2013. Ce qui lui a été accordé l’année d’après.

Toutefois, c’est du côté de l’Europe que le dossier a été recalé. Après avoir trois fois dit « non » au montage réalisé par la Région wallonne pour le financement du tram, Eurostat, l’organisme européen chargé de contrôler les comptes, a finalement approuvé le montage financier en février 2017, date à laquelle il était normalement prévu de mettre en service le tram liégeois à l’origine du projet…

Un coût de 380 millions d’euros

Au départ, l’Europe voulait que la Région wallonne finance seule les 380 millions que va coûter le tram liégeois sur les trois ou quatre années de chantier. Mais 100 millions par an, c’était insoutenable pour le budget wallon. Il a alors été décidé de réaliser un partenariat privé-public avec une société qui va financer, construire et entretenir durant 30 ans le futur tram. Mais en laissant son exploitation au public, en l’occurrence à la SRWT et au TEC-Liège.

Et pour finir, c’est la Banque européenne d’investissement qui a donné son feu vert en accordant en juillet dernier 210 millions à la SWRT. « Il n’y a plus d’obstacle ni financier ni technique pour concrétiser le projet », annonce joyeusement l’échevin chargé de la Mobilité, Michel Firket, la ville va être réinventée grâce au tram. Ce sont au total 50 hectares d’espace public qui vont être remis à neuf – comme la place du Marché – et un magnifique cheminement cyclopédestre va accompagner le tram. Liège va enfin connaître la mobilité alternative à laquelle elle aspirait ».

Concrètement, le tracé du tram s’étalera sur 12 kilomètres de Sclessin à Coronmeuse, en passant par l’avenue Rogier, et non par le Parc d’Avroy, comme prévu initialement. Avec 21 stations et des points d’arrêts à tous les 400 mètres et une circulation régulière toutes les 4 minutes 30 et une capacité de 300 personnes.

Trois candidats avaient été retenus par le Conseil d’administration de la SRWT. Un de ceux-ci s’étant finalement désisté, ils ne sont plus que deux. Les deux consortiums encore en lice sont donc le projet Mobiliège qui regroupe les Français d’Alstom Transport et le projet Tram’Ardent avec CAF (Espagne), Colas (France) et DIF.

Le choix du gagnant sera annoncé dans les mois à venir. Les travaux pourront alors démarrer fin d’année et devraient durer entre trois et quatre ans, avec une mise en circulation en 2022.

Le RER, autre dossier à la traîne

Par E.K.

Si à Liège, la saga tram prend fin petit à petit, c’est loin d’être le cas pour le RER à Bruxelles. Il devait être opérationnel en 2012. Il n’en est rien. Il est repoussé à 2025. Le RER, réseaux express régional devait aussi, comme le tram à Liège, servir à désengorger le centre de Bruxelles. Les autorités voulaient donc développer l’offre ferroviaire vers et dans la capitale, en collaboration avec la Stib, De Lijn et les TEC.

Si des similitudes sont présentes entre le RER et le tram, les différences sont importantes. « Pour le tram, on parlera plutôt de REL – réseau express liégeois. Le RER s’apparente plutôt au réseau ferroviaire suburbain développé par la SNCB », explique Jean-François Leblanc, expert en mobilité à la Ville de Liège. Si pour lui, la mise en pratique du RER reste également une énigme, il rappelle tout de même que la création d’un RER comporte moins d’obstacles de type technique : « Les rails et les gares sont déjà là, contrairement à celles du tram que l’on doit imaginer de A à Z. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite