Accueil Sports Tennis

David Goffin a la cote à l’Open d’Australie: ce que les stars disent de lui

Sa fin de saison 2017 a marqué les esprits et pour les spécialistes, il fait clairement partie des joueurs à suivre. Son tournoi débutera dans la nuit belge de lundi à mardi, face au qualifié allemand Matthias Bachinger.

De notre envoyé spécial - Temps de lecture: 3 min

Djokovic s’est-il offert un nouveau coude après six mois d’absence ? Comment va le genou de Wawrinka ? Et celui de Nadal ? Federer est-il insensible à ses 36 ans ? Est-ce le moment de Dimitrov ? Le fantas(ti)que Kyrgios peut-il être, enfin, l’élu que tout un pays attend depuis 42 ans ? L’Open d’Australie débute sur un gros lot de questions. Pour les Belges, il en est une autre qui s’ajoute, et elle n’est pas anecdotique : David Goffin peut-il continuer sur lancée de 2017 ?

Selon tous les spécialistes consultés à Melbourne, il est clairement « un candidat au titre » mais, on l’a déjà écrit, il faudra un Goffin « taille Masters » pour effacer des tablettes les plus grands noms du circuit. Battre Nadal et Federer sur la même semaine, le nº1 belge l’a déjà fait, mais pourra-t-il le refaire encore dans la touffeur de Melbourne Park ?

Mais qu’en pense-t-il lui-même ? Nous lui avons posé la question…

Sa préparation. « L’objectif, c’était d’arriver ici à 100 %. Le genou ? Le problème est réglé ! Même si c’était en exhibitions, j’ai joué de très bons matchs ici, dans des conditions très différentes. Je suis très content, je suis en confiance, bref, je suis prêt !  »

La pression. « Les attentes sont là, c’est certain, mais, maintenant, j’ai aussi plus l’expérience de ces grands moments et je veux aborder ce tournoi avec calme et sérénité. Sur ma lancée de l’année dernière… »

Son objectif. « En étant désormais 7e mondial, j’espère encore pouvoir aller un peu plus loin en Grands Chelems (NDLR : comprenez mieux que ses deux quarts de finale). Je vais découvrir… Je pense avoir les capacités pour ça. Maintenant, on va voir si tout se met bien pour moi, ici. »

Le titre. « Si je fais partie des candidats au titre ? Il faut d’abord voir combien de candidats on prend ! C’est sûr que si on en prend vingt, peut-être que j’en fais partie… Mais il y a des candidats qui ont beaucoup plus d’expérience et qui en ont déjà gagné tellement, comme Roger ou Rafa. Sans oublier les retours de Djokovic et Wawrinka… En ce qui me concerne, je n’ai jamais dépassé le stade des quarts. On va déjà essayer d’aller loin dans le tournoi. Après, on verra… »

Son tableau. « Sacré menu ? Oui, mais d’un autre côté, il y a tellement de bons joueurs ici. Et quand on veut aller loin dans un tournoi, on sait qu’on doit s’attendre à jouer des gros morceaux. Tous les matchs sont difficiles ! »

Roger Federer. « Je pense qu’il est vraiment bien en ce moment. Vous me parlez d’un quart de finale potentiel, mais c’est tellement loin ! C’est dur de se projeter jusque-là. Mais bon, c’est sûr que s’il y avait un nouveau match contre Roger, ce serait vraiment super. Ce serait un quart de finale, ce sont toujours de grands matchs. Je ne veux pas encore y penser, mais c’est certain que l’avoir déjà battu une fois, c’est quelque chose d’incroyable et qui donne beaucoup de confiance. »

Son premier tour. « Jouer un qualifié, ça peut être un match piège, j’avais été poussé aux 5 sets l’an dernier… Maintenant, j’ai vu avec Ruben que les qualifs avaient été dures à cause de la météo, ça pompe pas mal d’influx. Un premier tour, c’est toujours un match particulier, surtout en Grand Chelem. »

 

Federer: «Goffin va être dur à battre»

D’emblée, celui qui pourrait soulever son 20e trophée du Grand Chelem (!), dans 2 semaines, temporise:

Temps de lecture: 3 min

« Je ne pense pas qu’un gars de 36 ans devrait être le favori d’un tournoi comme celui-ci. C’est pour ça que je suis plus relax, les années passant. Les gens peuvent penser que je suis le favori ici, mais, pour moi, Nadal, avec la saison qu’il vient de réussir, ou Djokovic, qui revient dans une épreuve qu’il a déjà remportée six fois, pourraient être aussi les favoris. OK, on ne sait pas trop comment se sent Novak. Mais, si vous vous souvenez bien, l’an dernier, j’étais aussi revenu à Melbourne après six mois d’absence, sans trop savoir ce qui m’attendait. J’espérais juste pouvoir regagner un match et voir ce qui se passe. Et finalement, ça s’est beaucoup mieux terminé que je ne le pensais, comme vous le savez. Une fois que vous êtes dans le tableau, vous avez votre chance. » 36 ans, papa de 4 enfants choyés par une maman, dont le soutien est toujours inébranlable, et complètement relancé dans sa carrière après une saison 2017 de nouveau formidable (alors que certains pensaient pourtant qu’il était fini après sa dernière blessure au genou), Federer vit-il la période la plus amusante de sa carrière ? « J’ai toujours aimé jouer au tennis, vous savez. Est-ce que je m’amuse plus maintenant ? Ce ne serait pas juste de répondre oui. Au début, j’ai adoré jouer contre mes héros que je voyais à la télé. J’étais comme un gosse qui rentrait dans un magasin de bonbons. Ensuite, quand je suis devenu nº1 mondial et que je gagnais tous ces tournois, c’était aussi très bien, croyez-moi ! Maintenant, c’est différent. J’ai une grande famille et beaucoup d’amis qui voyagent avec moi. Chaque fois que je viens dans un tournoi à travers le monde, je revois des visages familiers. Ce qui est surtout formidable, c’est que cette envie, ce plaisir de jouer, n’a jamais disparu. » Pour préparer cet Open d’Australie, Federer a rejoué (et remporté avec Belinda Bencic) la Hopman Cup à Perth où se trouvait aussi David Goffin. Un Goffin avec qui il s’est entraîné ici, jeudi, et qu’il pourrait retrouver en quart. Voici deux mois, c’est aussi le Liégeois qui avait mis fin à ses ambitions en demi-finale du Masters. Les deux joueurs ne se quittent plus… « Je pense que David va vivre une belle année. La fin de saison qu’il vient de réussir en battant les tout meilleurs va lui donner encore plus de confiance. Il sait maintenant comme gérer les gros matchs, comment jouer contre les grands joueurs. Battre des gars comme Rafa et moi dans un même tournoi, dans un temps, si court, ça n’arrivera peut-être plus jamais… Et je n’oublie pas ses prestations en Coupe Davis. Je pense que 2017 l’a aidé à grandir encore en tant que joueur. Il va être dur à battre. Il est dans ses meilleures années. Je m’attends donc à un rude adversaire, ici, aucun doute là-dessus ! » (Y.S.)

Van Herck: «Plus personne ne va affronter David sans avoir peur de perdre»

Alors que Steve Darcis nous confiait en décembre qu’il ne voyait pas pourquoi Goffin ne serait pas un jour nº1 mondial, Johan Van Herck, le capitaine de l’équipe de Belgique de la Coupe Davis est plus prudent.

Temps de lecture: 2 min

« Oh là, c’est tellement dur. D’abord, il faut rendre hommage au travail de son équipe et en particulier de son coach, Thierry Van Cleemput. Chaque année, il définit des objectifs bien clairs et chaque année il les atteint avec David ! Goffin est un des rares joueurs que je vois progresser chaque année. Maintenant, peut-il être nº1 mondial ?… Déjà cette année, ça va être plus difficile avec les retours de tous les blessés comme Djokovic, Nishikori, Wawrinka, Berdych, Raonic et plus tard Murrray. Ce sont quand même de sacrés joueurs, mais David va continuer d’être de plus en plus dur à battre. Et oui, ce qu’il a fait en Coupe Davis à Lille, contre Tsonga, par exemple, c’était quand même très très fort. Un niveau de jeu vraiment inouï pour moi, sans doute le meilleur match que j’ai vu de David depuis que je suis devenu capitaine de Coupe Davis en 2011. Désormais, il n’y a plus aucun joueur qui va aller affronter David sans avoir peur de perdre. Ils ont auront tous encore plus de respect pour lui et David sera aussi persuadé qu’il a toujours une chance contre n’importe qui, dorénavant : ça change un peu la donne, c’est un cap important dans une carrière… David est pour l’instant sur une vague porteuse et il doit continuer de surfer là-dessus. » (Y.S.)

Boris Becker: «Goffin joue un tennis de rêve»

Temps de lecture: 1 min

« Goffin joue un tennis de rêve, on l’a vu au Masters et en finale de la Coupe Davis. Il était incroyablement fort ! Il a surtout beaucoup de qualités, de la maturité, un bon coach, un bon entourage. Il peut aller loin dans cet Open d’Australie. Peut-il gagner le titre ? Oui, certainement ! Mais ce n’est pas évident de gagner sept matchs d’affilée en Grand Chelem. Mais, bon, Goffin a pris une autre dimension, ces derniers temps. Il est un peu venu sur le tard car il devait d’abord trouver sa place sur le circuit, mais, maintenant, c’est fait et sur toutes les surfaces. Il peut briller dans chacun des Grands Chelems, peut-être doit-il encore faire ses preuves sur gazon, mais ailleurs, il a la classe mondiale ! Il est parti pour rester confortablement dans le top 10. Le top 5 ? Pourquoi pas ! Mais le problème du top 5, c’est qu’il n’y a que 5 places… » (Y.S.)

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Tennis

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Tennis, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb