Accueil Société Régions Bruxelles

Zakia Khattabi (Ecolo) veut réécrire Bruxelles en partant d’une page blanche

« Osons le fait régional ! ». Pour la co-présidente d’Ecolo, des compétences doivent être rapatriées vers la Région et les parlementaires ne doivent plus cumuler pour ne défendre que l’intérêt régional.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Elle arrive tout doucement en fin de mandat, les élections présidentielles internes auront lieu après le scrutin communal d’octobre, mais Zakia Khattabi n’a «  pas encore décidé  » si elle se représentera pour un second mandat ou pas : «  T out est ouvert  ». Par contre, un projet pour la Région bruxelloise, elle en a un. Et un projet qui bouscule ! Elle parle même de «  révolution culturelle  ». Car c’est d’une page blanche qu’elle veut repartir pour réécrire Bruxelles, en abandonnant le modèle bicommunautaire pour «  oser le fait régional  », «  sans tabous  ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Serge Vandeput, lundi 15 janvier 2018, 19:08

    Il faut une Turque pour faire bouger les Bruxellois, pour qu'ils réfléchissent à leur futur. Faut dire que beaucoup ne voyaient plus de futur du tout pour Bruxelles. Espérons maintenant que nos chers politiciens ne vont pas remetre la peur du Flamand sur l'agenda pour tuer tout changement dans la racine. Bruxelles ne pourra s'épanouir qu'en étant la capitale de tous les Belges, dans le cas contraire elle deviendra une petite ville de province, encore plus pauvre. Allez, un peu de courage.

  • Posté par Jean-pierre Guissard, lundi 15 janvier 2018, 17:30

    La réflexion de Madame KHATTABI est constructive même si elle heurte la majorité des citoyennes.et citoyens ayant grandi ou connu la Belgique de papa. Elle part d'un postulat, d'un constat qui omet lie le cheminement et le combat linguistique ayant abouti au consensus linguistique obtenu depuis le # Walen buiten # de Leuven et le suivi de la grève nationale de l'hiver 1960. Une pax Belgica fut obtenue politiquement. Elle a créé d'une part le gordel autour de Bruxelles et d'autre part .institutionnalisé le bilinguisme au sein des dix neuf communes bruxelloises. Modifier cette paix armée linguistique, aujourd'hui, oui c''est vrai, C'est indispensable mais comment trouver la majorité gouvernementale requise.. . . Des solutions existent mais quels interlocuteurs politiques flamands se bousculeront à la table de négociation? La présence de tous les partis actuels seraient souhaitable; toutefois il ne faut pas espérer un harakiri de la NVA.

  • Posté par Geleyn philippe, lundi 15 janvier 2018, 11:31

    Enfin une politique qui sort du lot. Il faut de l'ambition pour Bruxelles, capitale de l'Europe, des projets architecturaux innovants, une politique économique qui inclus les défis du futur par exemple la promotion active des nouvelles technologies et en particulier l'intelligence artificielle. Les partis traditionnelles ont tendance à oublier Bruxelles qui doit mendier pour obtenir de l'argent. Je souhaiterais que tous les gens qui travaillent a Bruxelles payent également leur impôt à a région.

  • Posté par Pierre Lison, lundi 15 janvier 2018, 11:20

    SamenEnsemble ou EnsembleSamen ? Ce sera toujours le bilinguisme obligatoire qui favorise qui ?

  • Posté par Louis-Philippe Alves, lundi 15 janvier 2018, 9:55

    Si l'on veut réconcilier les politiques avec les citoyens, il faut des projets neufs, innovants. Que l'on soit d'accord ou pas, cette proposition à le mérite d'obliger les francophones de ce pays à ne pas se cramponner sur leurs acquis. Il serait temps que les francophones "OSENT" une réforme de l'état, sans tabous, sans principes "inacceptables" . Il faut parler de la fusion des communes, de la fusion des zones de police, mais aussi de l'élargissement de Bruxelles. Il ne faut pas penser que tout ce qui vient de la Flandre est nauséabond mais par contre tant que les francophones n'auront pas de vision pour la Belgique (autre que la Belgique de grand père) ils subiront toujours toutes les réformes de l'état plutôt que de la construire. Maintenant aux autres partis à venir avec des contre propositions et pas juste se contenter d'un immobilisme béat. OSEZ OSEZ OSEZ!!!

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs