Le design, c’est aussi notre histoire.

ADAM - Brussels Design Museum, un joli nom pour le musée du design de Bruxelles. Ce projet muséal est une initiative du bâtiment emblématique de notre capitale, l’Atomium. Sur le plateau du Heysel : des objets du quotidien, des pièces designées ainsi que des œuvres d’art renvoient à une douce nostalgie tandis que des expositions temporaires passionnantes nous éclairent sur les courants du design.

Partons du principe que le design parle de nous : un ancien poste de radio, la chaise de la cuisine, la bibliothèque qui renferme nos trésors, la cafetière de notre grand-mère… Il y en a des histoires derrière le côté pratique de nos vies.



On commence à parler de design au moment de la révolution industrielle à la fin du XIXe siècle. Les gens pensent souvent que le mot fait référence à ce qui n’est pas ancien, classique, traditionnel, qu’il renvoie à tout objet contemporain. On l’associe aussi systématiquement aux arts décoratifs. Or le design n’est pas de l’artisanat. Tenter de le définir est bien plus subtil et riche que cela.

Pratique et accessible.

Une réelle réflexion politique, sociétale et esthétique apparaît à la fin du XIXe siècle, début du XXe. Celle-ci se traduit entre autres par une volonté de créer des objets aussi pratiques que utiles pour faciliter la vie quotidienne, qui soient conçus de manière industrielle afin de les rendre abordables au plus grand nombre ; le tout avec une dimension esthétique.
Tel est le concept originel de design qui traduit dès lors une vision résolument humaniste née des grandes révolutions sociales de l’Ere industrielle.



Au XXe siècle, cette démarche engendrera de nombreux courants et écoles comme le Bauhaus. En Belgique, le design moderne s’illustrera tout autant à travers l’Art nouveau, ce mouvement avant-gardiste de l’entre-deux-guerres, que lors des expériences pédagogiques au sein de l’école La Cambre, ou encore dans l’effervescence d’après-guerre lors de l’Expo 58… Ici aussi, les créateurs cherchent, s’interrogent sur l’aspect pratique de nos objets usuels, innovent… L’esthétique s’industrialise.

Le design serait-il dès lors l’art du beau accessible à tous au quotidien ? Si, aujourd’hui, l’art est partie prenante du processus de création de très nombreux designers, c’est l’accessibilité qui reste la notion dominante. Chaque objet créé répond à un besoin et a une fonctionnalité. Il ne s’agit pas de faire pour faire . Cependant, la frontière entre art et design s’avère parfois de plus en plus ténue : l’esthétique reste une notion essentielle pour tout créateur. Et s’il est question de créations fonctionnelles, autant qu’elles interpellent le regard, au-delà de la notion stricte du beau. Le sèche-cheveux des années 70 ne possède peut-être pas une allure propre à soulever des émotions, mais il témoigne d’une vision pop et colorée, en totale rupture avec le passé, typique de son époque.

De l’éphémère au durable.

Véritable photographie d’un moment, d’une période, d’une société à une époque donnée, le design nous en apprend énormément sur l’évolution de notre monde. Le ADAM – Brussels Design Museum renferme une collection unique de design (et pour partie d’art) en plastique, née de la passion du collectionneur Philippe Decelle et qui a trouvé enfin un lieu à sa mesure.



S’interroger sur le design plastique permet d’approcher un courant majeur du XXe siècle. Et de se rendre compte combien cette utopie du tout plastique, de l’éphémère, n’a eu qu’un temps et s’est arrêtée avec la crise pétrolière en 1973 et le début d’une conscientisation écologique. Mais on trouve toujours, actuellement, du plastique chez les designers avec une vraie démarche responsable et durable.

Le ADAM – Brussels Design Museum n’en est pas pour autant le musée du plastique mais bien un espace de compréhension, passionnant, ludique, offrant des clés de compréhension d’un domaine de la création. Et les expositions temporaires multiplient les pistes de découverte : Bauhaus, design moderne en Belgique, création belge contemporaine, design graphique, design historique, coulisses d’Hollywood…

La Une Le fil info Partager