Accueil Monde Europe

Allemagne: une privatisation du droit à la liberté d’expression?

Depuis le 1er  janvier en Allemagne, les réseaux sociaux sont obligés de supprimer tous les messages susceptibles de poursuites judiciaires. Tandis que l’extrême droite exploite l’affaire en se posant en victime d’une « censure », juristes, ONG et bloggeurs demandent le retrait de la loi.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La loi du ministre de la Justice réussira-t-elle à lutter efficacement contre la haine et les délits sur internet ? Beaucoup en doutent. A peine en vigueur, la loi contre la haine est déjà décriée en Allemagne. Juristes, partis politiques, ONG, bloggeurs ou utilisateurs d’internet y voient une menace à la liberté d’expression.

Ce texte voté en juin 2017 vise à « améliorer l’application de la loi sur les réseaux sociaux », selon les termes officiels (NetzDG en allemand), qui possèdent au moins deux millions d’utilisateurs. Facebook, YouTube, Instagram ou Twitter sont donc obligés depuis le 1er janvier d’effacer dans les 24 heures tous les messages « susceptibles de poursuites judiciaires », et dans la semaine pour les cas moins « évidents ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs