Le parcours détaillé des étapes du Tour de France 2019 qui passeront par Bruxelles et Charleroi (vidéo)

Jusque-là, rien de nouveau sous le soleil de juillet. Par contre, le tracé des deux premières étapes, lui, est connu. Et il recèle quelques belles surprises pour célébrer les 50 ans du premier maillot jaune du Roi Eddy et le centenaire de la précieuse tunique. Au menu : Bruxelles – Charleroi – Bruxelles le samedi 6 juillet et le contre-la-montre par équipe entre le Palais Royal et l’Atomium dimanche 7 juillet.

1re étape – 6 juillet 2019

Bruxelles – Charleroi – Bruxelles. 192 kilomètres exclusivement en Belgique pour le premier maillot jaune du Tour 2019 puisque, rappelons-le, il n’y aura pas de prologue. En quittant Bruxelles par Molenbeek puis Anderlecht, le peloton retrouvera très vite le fameux Mur de Grammont. Après 43 kilomètres précisément, trop tôt pour avoir une véritable influence sur le déroulement de la course. La mythique grimpette, réhabilitée sur le Tour des Flandres 2017 remporté avec maestria par Philippe Gilbert, se dressait déjà sur le parcours du premier des cinq Tour d’Eddy Merckx, en 1969.

Cliquez sur la carte pour l’agrandir

La suite ? Un passage par le Bosberg avant de filer vers Charleroi via Enghien, Braine-le-Comte et Seneffe. Courcelles, Gosselies mais pas d’incursion dans le centre de la ville, le peloton aura vite fait de remonter vers Genappe et Waterloo. D’un Lion à l’autre, au bout de la Butte, cap sur Overijse, théâtre habituel de l’arrivée de la Flèche Brabançonne.

De là, direction Tervuren et les rues de Woluwe-Saint-Pierre où le jeune Eddy avait endossé, en 1969, le premier de sa kyrielle de maillots jaunes. Puis une arrivée à l’ombre du château de Laeken.

Une première étape assez plate, donc dessinée pour les sprinters, rarement enclins à laisser une échappée se disputer les lumières lors des premières étapes du Tour. Surtout quand il y a un maillot jaune à la clé pour le vainqueur d’étape.

2e étape – 7 juillet 2019

28 bornes dans le cœur de la capitale en contre-la-montre par équipe. De quoi, assurément, modifier la hiérarchie de la Grande Boucle si le sprinter, qui aura plus que probablement pris le jaune samedi, ne jouit pas d’une équipe de gros mollets.

Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Le tracé est dessiné pour les équipes spécialistes de l’effort collectif, les armadas puissantes qui avalent les bornes dans la cohésion d’un groupe qui ne fait qu’un. Après un départ royal, gros braquets vers la descente de l’Avenue de Tervueren et Woluwe Saint-Pierre. Auderghem, Watermael-Boitsfort, la verdure du Bois de la Cambre, l’ULB avant de boucler la boucle vers Etterbeek et son fameux tunnel Montgomery et de pousser vers l’Avenue van Praet, le Château de Laeken et une arrivée à l’ombre de l’Atomium.

Des chaussées larges, roulantes, des faux plats qui s’avalent sur la grande plaque et, assurément, une formation aussi soudée que les atomes qui s’impose au terme de cette traversée de la Capitale de l’Europe. Le premier rendez-vous, quoi qu’il en soit, pour les favoris à la victoire finale.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Recruteurs ONG | ECONOMIE

    Recruteur de dons en rue: un business loin du bénévolat

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite