Accueil Société

Pacte d’excellence: les résistances au tronc commun

Le débat est vif sur le pacte d’excellence : pour les partisans d’un allongement du tronc commun, la mesure devrait permettre de remédier aux inégalités socio-économiques. Ses détracteurs crient eux, au nivellement par le bas et à l’optimisme idéaliste.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 6 min

Le projet de création d’un tronc commun d’enseignement jusqu’à 15 ans, accompagné d’une quasi-interdiction du redoublement, divise et polarise. On l’a encore vu lundi : Dominique Lafontaine défend vigoureusement cette mesure dans les colonnes du Soir  ; aussitôt invité de la RTBF, Willy Borsus la qualifie d’«  erreur fondamentale  ».

C’est le lot, dira-t-on, des discussions sur l’école, qui sont souvent passionnelles. Mais, en l’occurrence, la division des esprits est particulièrement marquée car la façon de raisonner diffère du tout au tout entre les partisans et les adversaires du tronc commun.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Gabriel Jacqueline, lundi 20 mai 2019, 18:28

    Les élèves en situation d'échec ne peuvent s'en sortir seul. D'échec en échec, ils perdent toute motivation. S'ils n'ont pas la chance d'avoir des parents qui les motivent et les aident, ils sont perdus. Par contre, en ce qui me concerne, j'ai détesté les maths et la physique, je n'y comprenais rien. J'ai eu la chance d'avoir d'autres professeurs et... miracle, tout était devenu limpide…..

  • Posté par Jaspers Marie, vendredi 10 mai 2019, 12:53

    Je remercie vivement le Ministre-Président wallon,Willy Borsu, pour son avis rationnel sur cette grave décision d'acceptation du Tronc Commun! Enfin un politicien qui décide sur base de connaissances et non de slogans et croyances propagées par les pédagogistes qui ne se basent que sur des comparaisons statistiques avec d'autres pays qui n'ont rien en commun avec le nôtre.. En outre, même si dans ces pays, il y a moins d'échecs, qu'est-ce que cela signifie? Que vaut l'enseignement dans le pays "X" où le taux d'échecs est beaucoup plus faibles? Pour les pédagogistes cela signifie que l'enseignement est plus égalitaire (utopie!!!), pour ceux qui connaissent l'école, les élèves et la société dominée par le capitalisme pulsionnel (Bernard Stiegler, philosophe français de renom), l'enseignement y est de très bas niveau! Et les résultats PISA? Il est incroyable que des personnes rationnels, réfléchies ne pensent leur système éducatif qu'en fonction de PISA! J'ai analysé tous les items PISA de maths et de sciences (partie physique) et j'ai constaté que le niveau est élémentaire par rapport à ce qui est enseigné dans nos écoles au 1° cycle (1° et 2° S).Pour moi, les résultats PISA ne prouvent RIEN quant au niveau de formation des pays qui réussissent bien.Il faut aussi savoir que les Tests PISA sont fortement "bachotés" dans plusieurs pays et notamment en Finlande et dans les pays asiatiques.Les égalitaristes veulent "copier" la Finlande! Et pourquoi pas les pays asiatiques? Parce que les élèves doivent travailler et maîtriser leurs matières? Je signale, au passage, que Singapour comptent parmi les meilleurs ingénieurs et physiciens spatiaux! Les pédagogues ne connaissent rien des matières scolaires où , en général, ils étaient faibles dans le secondaire et particulièrement en maths : en 1° bac psycho- pédagogie, le cours le plus dur POUR EUX est le cours de MATHEMATIQUES( STATISTIQUES), qui est un cours simple pour toute personne ayant une capacité de raisonnement et de conceptualisation même faible!Je connais, j'y donne des cours particuliers! Comme le mentionnait Catherine Dehon, professeur de statistiques à l'Institut Solvay, ULB, les matières du secondaire qui préparent le mieux aux études universitaires sont les maths fortes et les latin-grec.Rarement des élèves issus de ces sections s'orientent vers la psycho-pédagogie. C'est une voie choisie par les élèves des sections FAIBLES ; "sciences sociales, sciences économiques".Faibles eux-mêmes, les pédagogues ne peuvent d'une part comprendre des arguments d'une logique implacable (seules les personnes rationnelles peuvent comprendre des arguments basés sur des connaissances! les non-rationnels sont bornés par les CROYANCES et LES SLOGANS) et d'autre part, ils ne se rendent pas compte de leur médiocrité! Ils devraient lire l'ouvrage du philosophe Alain Deneaut, intitulé : "La médiocratie".Le sous-titre, en est : "En politique comme en entreprises, les médiocres ont pris le pouvoir".J'y ajouterai : "il en est de même dans l'enseignement! Il explicite :"Sous le règne de la médiocratie, la moyenne est devenue la norme, le compromis domine : idées et hommes deviennent interchangeables.Il faut résister à la révolution anesthésiante", alerte-t-il!.LE PACTE VA IMPOSER LA GOUVERNANCE! Voici ce qu'en dit Alain Deneaut "Dans un régime de gouvernance, l'action politique est réduite à la gestion, à ce que les manuels de management appellent le « problem solving » : la recherche d'une solution immédiate à un problème immédiat, ce qui exclut toute réflexion de long terme, fondée sur des principes, toute vision politique du monde publiquement débattue. Dans le régime de la gouvernance, nous sommes invités à devenir des petits partenaires obéissants, incarnant à l'identique une vision moyenne du monde, dans une perspective unique, celle du libéralisme". OUI il y a un fort % d'enseignants qui se rallie à l'avis du Ministre-Président de la Wallonie : "le Tronc commun est une erreur fondamentale" mais la ministre a toujours refusé de le quantifier en rejetant l'idée d'un référendum sur ce sujet dans le personnel enseignant!C'est cela la démocratie, pour elle : adopter l'avis de ceux qui défendent son idéologie! Révoltant!!!

  • Posté par Ufapec , jeudi 18 janvier 2018, 0:26

    un pacte fusse-t-il d'excellence ne pourra pas devenir excellent sans l'adhésion des artisans de l'école .... Sans adhésion forte des équipes enseignantes; le Pacte échouera ... comme a échoué le rénové, le décret inscription, le décret Missions, le décret association de parents ....

  • Posté par stals jean, mercredi 17 janvier 2018, 0:13

    Tronc commun ou pas tronc commun, assurer aux élèves venant d'un enseignement primaire au raz des pâquerettes de passer en deuxième puis en troisième secondaire sans l' obligation de prouver des compétences intelligemment requises n'est rien moins qu'une forfaiture qu'un nombre incalculable d'enfants, d'adolescentes et d'adolescents payeront leur vie durant. Un muscle qui n'est pas sollicité s'atrophie, c'est physiologique. Pour le cerveau c'est exactement pareil. Sous le, ô combien, fallacieux prétexte "d'égalité sociale", ces cours du primaire niveau caniveau, ces non examens, ces non redoublements, annonciateurs d'armées entières et apocalyptiques de laissés pour compte, "en tout bien tout honneur", doivent au plus vite être balancés dans les poubelles de l'Histoire de l'Enseignement public et obligatoire...

  • Posté par Jaspers Marie, mercredi 31 janvier 2018, 12:26

    Excellent réflexion que je partage à 300 %. Cette conviction est basée sur ce que je vis au quotidien et sur ce que vivent mes collèguesJ'assure 20 h de remédiation par semaine , en maths, à tous les niveaux du secondaire,Il est effarant de constater que de nombreux élèves, particulièrement de 1° et 2° secondaire, ignorent la signification de nombreux mots du langage courant et sont incapables ou réticents à mémoriser , en les comprenant, des mots nouveaux, quel que soit le domaine, C'est particulièrement frappant dans les cours de maths et de sciences qui possèdent un vocabulaire spécifique,Mr Romainville résout le problème en demandant de faire des maths pratiques, de la vie quotidienne! C'est une manière d'espérer améliorer( quelle utopie!) les résultats par un profond nivellement par le bas et une accentuation des inégalités: quels milieux sociaux peuvent fréquenter ceux qui n'ont qu'un vocabulaire réduit à l'utilitaire? Je voudrais relater un exemple personnel mais que vivent de nombreux profs de maths. A la mi-mai dernier, j'ai vu l'annonce suivante dans une grande surface : " Je suis en 3° S, j'ai des difficultés en maths. Qui pourrait m'aider pour 15 euros pour 2 heures? Je dois aller donner cours, je continuerai ma contribution dans la suivante.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs