Notre-Dame-des-Landes: le projet d’aéroport est abandonné

© STEPHANE MAHE/ Reuters
© STEPHANE MAHE/ Reuters

Après six mois de médiation et une ultime consultation, le gouvernement français a choisi d’abandonner le projet controversé d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, malgré des décisions de justice et un référendum local favorables. Matignon a informé mercredi des élus locaux, peu avant une déclaration du Premier ministre Edouard Philippe à la sortie du Conseil des ministres à l’Elysée.

« C’est officiel. C’est abandonné », a déclaré Philippe Grosvalet, président du syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest et président du conseil départemental de Loire-Atlantique. Prévenu par un conseiller de Matignon, il a fustigé « un véritable reniement » et «  une très très mauvaise décision du président de la République ».

L’alternative devrait être d’aménager l’actuel aéroport Nantes-Atlantique, comme l’envisageaient des médiateurs dans leur rapport remis le 13 décembre.

Le président de la République Emmanuel Macron avait commandé l’été dernier à trois médiateurs ce rapport évaluant la faisabilité du projet de transfert d’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes. Ce rapport passait en revue les avantages et les inconvénients du transfert ou du réaménagement de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique, sans se prononcer pour l’une des deux options.

Un projet contesté depuis les années 60

Le projet contesté de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes remonte aux années 1960. Il avait été relancé en octobre 2000 par le Premier ministre socialiste de l’époque Lionel Jospin. Des militants anticapitalistes avaient commencé à partir de 2009 à occuper la Zone d’aménagement différée (ZAD), rebaptisée par eux « zone à défendre » et retenue pour y construire le nouvel équipement.

Les activistes de Notre-Dame des Landes aux anges

Malgré l’abandon, l’exécutif s’est engagé à évacuer la ZAD. Des renforts de sept escadrons de gendarmerie mobile, soit plus de 500 hommes, sont attendus mercredi sur place, selon une source proche du dossier, avec pour objectif de quadriller la zone et procéder à des contrôles afin d’éviter l’arrivée de civils.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 140310-F-NG006-007

    F-35: «Ce que nous promettons à l’industrie belge, ce ne sont pas des cacahuètes!»

  2. 150 pièces, toutes authentiques, rassemblées ici pour la première et dernière fois.

    Toutânkhamon, superstar des pharaons à Paris

  3. «
Le non-marchand a l’avantage d’avoir besoin de toutes sortes de profils financiers
», explique -Michel Cappoen, secrétaire général du Setca.

    Bientôt des banquiers en blouse blanche

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: nos ancêtres les… Bourguignons

    Et voilà un livre qui s’est vendu à 50.000 exemplaires en un mois de temps et est d’ores et déjà assuré d’une traduction en allemand et en anglais. Et voilà un auteur qui remplissait ce lundi une salle de 400 personnes à Strombeek-Bever, comme chaque jour de la semaine depuis un mois. Et voilà un travail décliné en podcasts d’une heure et demie sur Radio Klara et qui devrait faire l’objet de représentations en 2020 à la KBR, la Bibliothèque royale de Belgique.

    La raison de cet engouement ? De Bourgondiërs, le dernier opus de l’auteur Bart Van Loo qui a déjà enthousiasmé Flamands et Néerlandais par sa capacité à son Napoléon et son  Histoire chantée de la France. Il a travaillé pendant quatre ans à ce nouvel ouvrage de 600 pages, plongé dans les livres, dialogué avec les médiévistes pour se consacrer finalement à l’écriture avec, aux pieds, des baskets neuves sur lesquelles il a fait inscrire « Philippe Le Hardi ». Un accoutrement qui n’était...

    Lire la suite

  • Orban suspendu du PPE: petites punitions entre amis

    Et voilà donc le Fidesz, le parti du dirigeant hongrois Viktor Orban suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le Parti Populaire Européen (PPE) sort, lui, ce jeudi de la position de Ponce Pilate qui a été la sienne durant des années, mais de façon assez hypocrite. Orban et son parti sont en effet publiquement déjugés mais il n’y a rien de définitif dans ce geste tardif posé, qui ne préfigure en rien d’une future exclusion.

    La logique « juridique » impose certes de donner un avertissement avant d’...

    Lire la suite