À la conquête du globe

Le cinquantième coup de marteau donné ce jour-là par l’ auctioneer de Bonhams devrait l’être pour un « Douglas bag » , qui a été utilisé lors de la fameuse ascension du mont Everest de 1953. Celle-là même qui permit à Sir Edmund Hillary et Tensing Norgay de devenir les tout premiers alpinistes à atteindre le plus haut sommet du monde ! Or, s’il y a bien une chose autrement plus difficile à réaliser à 8.848 mètres d’altitude que sur le plancher des vaches, c’est de trouver assez d’oxygène dans l’air que pour respirer. Et cela, Griffith Pugh, le physiologiste de l’expédition britannique dirigée par le colonel John Hunt, l’avait très bien compris…

Sagarmatha

« Une ligne rouge, pourrait-on dire, est tracée autour de la partie supérieure de ces hautes montagnes. Personne ne devrait la dépasser. Au-delà de 7.500 mètres, la pression atmosphérique trop basse a un effet si sévère sur l’organisme qu’un obstacle peut rendre l’escalade impossible et que la moindre tempête peut avoir des conséquences mortelles. » Rapportées par Jon Krakauer dans son best-seller Tragédie à l’Everest , ces quelques lignes écrites en 1938 par Eric Shipton sont en effet très claires. A une telle hauteur, sans apport artificiel d’oxygène, continuer à mettre un pied devant l’autre relève de l’exploit.

Destinés à récupérer les échanges gazeux, les Douglas bags permirent au Dr Pugh de déterminer la quantité d’oxygène dont auraient besoin les alpinistes sous sa responsabilité lors de leur difficile ascension du Sagarmatha (le nom népalais de l’Everest). Bien qu’en 2003, l’une de ses filles ait publié un ouvrage destiné à lui rendre son importance dans la conquête du mont, il reste une figure encore très peu connue du grand public. D’où, sans doute, l’estimation peu élevée (1.000 à 2.000 livres sterling) faite pour cet exemplaire de Douglas bag offert au début des années 1970 à l’un de ses amis du Medical Research Council .

Beagle

Le même jour, Bonhams vendra également une petite tabatière en bois de rose et os de baleine ayant appartenu à James Adolphus Bute, un marin anglais entré dans la Royal Navy à l’âge de quatorze ans et qui a fait partie de l’équipage du HMS Beagle lors son célèbre voyage de 1831-1836. Soit lorsque le navire dirigé par le capitaine Robert Fitzroy embarqua parmi ses passagers un jeune étudiant du nom de Charles Darwin…

En cours de route, outre le souvenir des superbes paysages des îles Galapagos, James Bute eut l’occasion de récolter divers produits baleiniers qu’il employa pour développer un artisanat bien particulier répondant au nom de scrimshaw . En septembre 2009, Bonhams vendit ainsi pour 42.500 livres une paire de « dents de baleine » décorée par ses soins de scènes montrant notamment le Beagle sur le rio Santa Cruz, en Argentine. Clairement moins impressionnante, cette petite boîte d’à peine 4 cm de long et portant la mention « JAS AS BUTE *RM* 1831 » devrait normalement se négocier entre 800 et 1.200 livres.

Antarctique

Dans un registre un peu différent, une paire de mitaines intérieures en peau d’agneau ayant appartenu à l’explorateur polaire britannique Apsley Cherry-Garrard, l’un des plus jeunes membres de l’expédition Terra Nova menée par Robert Falcon Scott entre 1910 et 1913, sera quant à elle mise à prix entre 1.500 et 2.000 livres.

Dans son livre intitulé Le pire voyage au monde (1922), ce survivant des glaces de l’Antarctique devait ainsi déclarer en avoir bien eu besoin lorsque, tous ses vêtements étant gelés, son sang ne lui semblait plus circuler dans ses veines…

Une première édition en deux volumes de ce célèbre témoignage sera d’ailleurs mise aux enchères ce jour-là : comptez entre 700 et 900 livres pour vous l’offrir. Assez logiquement, l’on retrouvera aussi dans la vente préparée par Bonhams quelques-unes des plus iconiques photos qu’Herbert George Ponting prit durant l’expédition Terra Nova comme, par exemple, celle montrant leur navire au cap Evans en 1911 (3.000 à 4.000 livres).

Le 16 janvier, une livre valait 1,256 euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous