Accueil Société Enseignement

Benoit Derenne : « Il faudrait imposer un service citoyen d’un an aux jeunes »

Le directeur de la Fondation pour les Générations Futures se bat depuis des années pour mettre de l’huile dans les rouages grippés de la démocratie, en faisant appel à la participation délibérative des citoyens.

Vidéo - Editorialiste en chef Temps de lecture: 2 min

Le directeur de la Fondation pour les Générations Futures - plateforme de philantropie transformatrice -, invité du Grand Oral La Première-Le Soir, accompagnait ce samedi la « journée de consensus » organisée par la Ministre de l’enseignement Schyns. Celle-ci rassemblait une centaine de citoyens tirés au sort, invités à échanger leurs points de vue sur la nouvelle grille horaire du futur Pacte d’excellence.

« Nos démocraties sont malades. Il leur manque de donner aux citoyens la capacité à s’interroger dans un cadre qui leur permette de montrer autre chose que leurs rancoeurs ou de défendre leurs intérêts particuliers. Chacun veut défendre son intérêt mais on doit vivre ensemble et pour y arriver, il faut trouver d’autres lieux pour délibérer. Ces panels tirés au sort visent à poser des questions aux citoyens qui, par leur dialogue et leur délibération, vont éclairer le débat. C’est modeste, l’idée n’est pas qu’ils prennent les décisions, mais de faire émerger des points de vue qui ne sont pas ceux des spécialistes. »

« Il n’y a pas d’avenir à nos sociétés si on ne construit pas des ponts entre les entreprises, les citoyens, les politiques, les générations etc .. Si on reste dans l’affrontement, on n’arrivera à rien. Les politiques ont souvent peur d’impliquer directement les citoyens, mais les choses commencent à vraiment bouger. Les jeunes générations commencent vraiment à penser autrement », poursuit le politologue qui invite à investir dans l’élaboration d’outils pour assurer une démocratie durable, qui permette de penser demain et d’agir à 360 degrés, avec une vue longue.

Une suggestion tient à cœur du directeur : un service citoyen pour les générations futures, d’un an généralisé pour les jeunes entre la fin de leurs études et leur premier travail. «Cela leur permettrait de contribuer à quelque chose, de s’impliquer dans la société, de se sentir utile ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Monsieur Alain, dimanche 21 janvier 2018, 12:20

    Parmi les points définitivement perdus avec la disparition du service militaire (version idéalisée qui ne correspondait plus à ce qu'il était devenu en 1995, année de sa disparition) : 1° Brassage social - pas de "prime" au milicien en fonction de ses revenus ou de son "rang social" - 2° Apprentissage de la vie en communauté (communauté qu'on n'a pas nécessairement choisie - pas d'entre soi originel mais création d'un nouvel entre soi citoyen) - 3° Apprentissage de l'effort, de l'inconfort et de la discipline librement consentis - 4° Mise au service d'autrui sans contrepartie financière - 5° Possibilité de promotion interne sur le seul critère de ses capacités propres - 6° recensement et remédiation à l'analphabétisme - 7° etc ...

  • Posté par Rebts Jean-Louis, samedi 20 janvier 2018, 17:34

    OUI à deux mains....mais réfléchi, pas ce que nous avons connu il y a 50 ans où l'on apprenait à boire et fumer... Apprenons utile, apprenons à vivre ensemble soit mixte...ainsi que tout ceux qui se trouvent en "transit"

  • Posté par Eric Lavenne, samedi 20 janvier 2018, 14:22

    A/d'agir à 360° ; c'est revenir au même point (en principe) B/Un service citoyen, n'est pas stupide du tout; à la condition unique, que ceux n'ayant jamais fait de "service militaire" ou pratiqué "l'objection de conscience" autrefois ; fassent en premier ce service citoyen et ainsi puissent montrer l'exemple aux "jeunes ". Dès lors cela "coulera de source pour les dits jeunes. Toutes les entités seraient payées en proportion des montants attribués à l'époque (et à plein temps....)pas un euro de plus. Demeurons sérieux ; les jeunes qualifiés ou non sont à la recherche d'un travail(emploi). Et ils le font ,certains mêmes à "émoluments" forts bas. Ils sont très conscients de la dite société. Par ailleurs; allez vous mettre face à face ,des personnes âgées et des jeunes déjà (en partie externalisés[déjà délictueux]),je vous souhaite bonne chance..... etc.etc. Et surtout, cessez de chercher des" esclaves"......Mais ,enfin ,si ce système citoyen était basé , sur l'unique aspect , réellement et exclusivement de volonté "propre" , pourquoi pas??

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs