Benoit Derenne : « Il faudrait imposer un service citoyen d’un an aux jeunes »

Le directeur de la Fondation pour les Générations Futures - plateforme de philantropie transformatrice -, invité du Grand Oral La Première-Le Soir, accompagnait ce samedi la « journée de consensus » organisée par la Ministre de l’enseignement Schyns. Celle-ci rassemblait une centaine de citoyens tirés au sort, invités à échanger leurs points de vue sur la nouvelle grille horaire du futur Pacte d’excellence.

« Nos démocraties sont malades. Il leur manque de donner aux citoyens la capacité à s’interroger dans un cadre qui leur permette de montrer autre chose que leurs rancoeurs ou de défendre leurs intérêts particuliers. Chacun veut défendre son intérêt mais on doit vivre ensemble et pour y arriver, il faut trouver d’autres lieux pour délibérer. Ces panels tirés au sort visent à poser des questions aux citoyens qui, par leur dialogue et leur délibération, vont éclairer le débat. C’est modeste, l’idée n’est pas qu’ils prennent les décisions, mais de faire émerger des points de vue qui ne sont pas ceux des spécialistes. »

« Il n’y a pas d’avenir à nos sociétés si on ne construit pas des ponts entre les entreprises, les citoyens, les politiques, les générations etc .. Si on reste dans l’affrontement, on n’arrivera à rien. Les politiques ont souvent peur d’impliquer directement les citoyens, mais les choses commencent à vraiment bouger. Les jeunes générations commencent vraiment à penser autrement », poursuit le politologue qui invite à investir dans l’élaboration d’outils pour assurer une démocratie durable, qui permette de penser demain et d’agir à 360 degrés, avec une vue longue.

Une suggestion tient à cœur du directeur : un service citoyen pour les générations futures, d’un an généralisé pour les jeunes entre la fin de leurs études et leur premier travail. «Cela leur permettrait de contribuer à quelque chose, de s’impliquer dans la société, de se sentir utile ».

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite