Accueil Société Enseignement

Performance des systèmes scolaires: les leçons du modèle polonais

En 15 ans, la Pologne a réussi à doper ses résultats aux tests internationaux. En appliquant simplement la plupart des résolutions du Pacte d’Excellence.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

Ils ne sont pas, loin de là, les premiers de la classe sur l’échelle Pisa (le Programme international de suivi des acquis des élèves). Par contre, alors qu’ils figuraient voici 15 ans dans le ventre mou du tableau – avec les Belges francophones d’ailleurs –, ils en sont sortis de manière magistrale. « Ils », ce sont les petits Polonais, désormais classés (selon Pisa 2012) dans le top 10 mondial en sciences et dans le top 15 en mathématiques et lecture. Le tout a d’ailleurs été confirmé par les derniers tests « Pirls » où la Pologne occupe le trio de tête.

Alors que, ce samedi (lire ci-dessous), 150 professeurs et citoyens se penchent sur les détails du futur tronc commun, alors que les prochaines semaines seront décisives pour l’avenir du Pacte d’excellence, deux scientifiques mettent le doigt ce « modèle » polonais.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, mercredi 24 janvier 2018, 1:03

    Comment les élèves pourraient-ils s'améliorer en lecture et plus largement en français quand on lit que de nombreux instituteurs n'ont pas les titres et formation requis? Que quand, bien même, ils ont le titre requis les instituteurs, depuis plusieurs années, ne maîtrisent plus le français, vont même jusqu'à faire un nombre de fautes d'orthographe, dans leurs propres notes (horriblement mal rédigées quand elles le sont!), au tableau que les parents en sont choqués! Quelle attitude doivent-ils adopter vis-à-vis de leurs enfants quand, corrigeant ces fautes, ces derniers répondent : "Madame (Monsieur) a dit ou écrit cela? Que dire à son enfant qui confond nature et fonction d'un mot en vous certifiant que ce qu'il dit est juste parce que Madame l'a dit?Comment peut-on croire que le Pacte va améliorer le niveau de maîtrise du français quand dans le programme du tronc commun, il réduit le volume horaire du français de 30 % : 4X45 minutes au lieu de 5X 50 minutes? Comment lutter contre l'extrême pauvreté du vocabulaire quand il est obligatoire de permettre à l'élève de s'exprimer avec ses propres mots? Comment peut-on espérer améliorer les comportements de nombreux inciviques ne respectant ni les enseignants, ni leurs condisciples quand ils ignorent la signification du substantif "MOEURS"? Comment peut-on améliorer uns situation qui se dégrade depuis 50 ans sans que jamais, les initiateurs et responsables des nombreuses réformes n'ont jamais eu l'honnêteté d'analyser leur faillite? Pourquoi, l'enseignement est-il aux mains des pédagogues liégeois depuis 50 ans, comme l'a relevé Pierre Hazette, ancien ministre de l'éducation, il y a quelques jours? De G. De Landsheere à M.Crahay, qui ont détruit l'enseignement de qualité, reconnu internationalement, que nous avions jusqu'au début des année 1960, avant l'avènement du RENOVE? Comment le niveau des maths pourrait-il être relevé avec ,dans le primaire, des programmes que, sous-prétexte de pédagogie par compétences, ne prévoient plus l'étude des opérations fondamentales sur les nombres, de manière explicite, structurée, rigoureuse, logique, progressive mais proposent au travers de soi-disant situations problèmes des approches implicites de tous les concepts qui ne sont perçus que par un faible nombre d'enfants.Cela étant de nombreux exercices MIMES sont faits de manière automatique sans que les élèves comprennent quoi que ce soit, Si vous voulez vous en rendre compte demandez à vos enfants d'additionner 5 dam et 30 cm, ou de calculer l'échelle d'une carte qui représente 200 km par 15 cm.Vous serez édifié! Pourtant, ils ont fait de dizaines d'exercices automatiquement sur les questions.Les inspecteurs de maths interdisent aux instituteurs de faire mémoriser (intelligemment, il va de soi) les tables de multiplication que les enfants apprennent par comptage.Cela a les deux effets pervers suivants 1) à 18 ans, ils compte toujours sur leurs doigts, quand ils n'ont pas la calculatrice pour effectuer 6X7, par exemple (vous pouvez les observer!); 2) n'ayant jamais appris à raisonner les exercices de maths à partir de règles de calculs mémorisées , de formules, mais à mimer des exemples, ils ne peuvent se débarrasser de cette méthode aberrante qui est la source de nombreux échecs en maths dans le secondaire!!!A la fin du primaire, ils ne connaissent RIEN: ni les tables de multiplications, ni les changements d'unités quelles que soient les grandeurs, ni les formules de calculs de longueurs, d'aires ou de volumes, ni la division euclidienne, ni le PGCD ET PPCM, ni le concept de fractions et encore moins les opérations sur les fractions, la majorité ne sait pas faire une règle de trois ,etc.( Tous ces sujets font l'objet des items PISA de maths (je connais car j'ai analysé les 400 items libérés qui sont sur Interne). Et pourtant, ils ont pratiqué tout cela tout au long du primaire mais comme tout était du MIME ,il n'en est rien resté.Pour relever le niveau des maths, il eut été primordial de faire l'étude des failles du primaire et d'y remédier (travail que j'ai fait mais qui n'a pas été pris en considération vu que je n'appartenais pas à la caste des experts universitaires! C'est un comble car je suis docteur en mathématiques, je maîtrise le primaire comme le secondaire et l'universitaire (j'ai été chef de travaux à la faculté des sciences (des vraies),pendant 35 ans et j'y assurais les séances d'exercices en candidatures ingénieurs civils) , tandis que les soi-disant chercheurs universitaires sont des pédagogues ne connaissant RIEN aux mathématiques!!! Dans le secondaire, la nouvelle formation des enseignants prévoit que des instituteurs pourront enseigner les maths! C'est CONSTERNANT quand on sait que les instituteurs ne maîtrisent pas les maths et sont très mal à l'aise face à cette matière.Pour relever le plus rapidement possible, le niveau des maths, le Pacte aurait du adopter la méthode de SINGAPOUR qui fait fureur dans des dizaines des pays dont les USA , les pays asiatiques (qui cartonnent en maths à tous les tests internationaux), qui va être appliquée en France par le nouveau ministre J.M Blanquer. Cette méthode, explicite, rigoureuse, progressive, qui part du concret pour arriver à l'abstrait dès le primaire, qui accorde la priorité à la maîtrise des opérations fondamentales sur les nombres, n'a en fait rien inventer: elle synthétise les méthodes que nous appliquions il y a 60 ans!Quant aux sciences, les instituteurs et régents en sciences ne les maîtrisent guère : il suffit d'enquêter auprès des profs de physique, chimie et biologie des HEP et non auprès des pédagogues de ces mêmes écoles vu que comme les autres matières, ils les ignorent! Alors le Pacte va vraiment relever le niveau de l'enseignement , après la petite analyse de l'état des lieux et de quelques mesures du Pacte que je viens d'évoquer?Au lieu de COPIER un système quelconque, le meilleur moyen d'améliorer notre système scolaire et de le faire analyser par des spécialistes matières afin de relever les failles spécifiques et d'y chercher un remède. Quiconque est malade consulte son médecin qui fait un diagnostique personnel et propose un traitement approprié.Aucune personne sensée ne se soigne en prenant le traitement de son voisin qui soi-disant était malade et a été guéri par le dit traitement, sans connaître le diagnostique qui a conduit à ce traitement,On ne soigne pas son angine avec les médicaments de la bronchite de son ami!!!

  • Posté par Parmentier Luc, mercredi 24 janvier 2018, 15:32

    Très bonne analyse ! Il suffit de lire les introductions ...oh pardon les situations- problèmes au début des chapitres de nombreux livres de math "new" pédagogie ...pour comprendre que les intros tournent en rond pour la plupart des élèves et ne lancent pas le sujet de manière rigoureuse , cohérente ...un comble pour un livre de math .... et on peut y ajouter la mise en place de la théorie tout aussi "littéraire" et "vague" .....disparition de définitions ou propriétés clairement et rigoureusement énoncées dans la plupart des livres dans le premier degré du secondaire ....

  • Posté par De Cuyper Thierry, mercredi 24 janvier 2018, 10:21

    êtes-vous sûre que vos critères pour décider de la qualité des formateurs soit pertinente ?

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 23 janvier 2018, 22:55

    Madame Lafpntaine et Monsieur Hindriks ne sont pas des scientifiques que je sache : Madame Lafontaine est romaniste et pédagogue et Monsieur Hindriks est économiste. Ces formations sont à des années lumières de celles des VRAIS scientifiques!

  • Posté par De Cuyper Thierry, mercredi 24 janvier 2018, 10:18

    Ils ont pris connaissances des tests PISA et se sont rangés sur les études réalisées par l'OCDE. Ces études faites sur un grand nombre de pays sont ce qu'on peut qualifier de scientifique.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs