Accueil Économie Emploi

La pénurie de main-d’œuvre s’installe en Belgique avec 143.000 postes vacants

Au troisième trimestre 2017, 143.000 postes étaient vacants en Belgique. Les employeurs peinent à trouver les bons candidats, souvent car le niveau de qualification demandé est élevé.

Info « Le Soir » - Chef du service Politique Temps de lecture: 2 min

Selon les dernières estimations du SPF Emploi, 143.000 postes étaient vacants en Belgique au troisième trimestre 2017. Ces chiffres confirment les inquiétudes de la Fédération des entreprises de Belgique mais aussi de l’Union wallonne des entreprises : la pénurie de main-d’œuvre se confirme.

Si de nombreux postes vacants sont en intérim, c’est surtout au sein des emplois fixes que la hausse s’est fait sentir par rapport à la même période l’an dernier. Or, on trouve actuellement 353.523 demandeurs d’emploi dans le pays. « Il serait facile de dire : “Donnons ces emplois aux chômeurs.” Mais la situation est plus compliquée que cela », explique Gérard Valenduc, spécialiste du marché du travail, qui a collaboré avec l’UCL et les Facultés de Namur.

À lire aussi Comment combler la pénurie structurelle dans certains métiers?

Le problème, selon le chercheur associé à l’Institut syndical européen, se trouve dans le niveau de qualifications demandé, qui augmente. Un fossé se creuse alors avec le chômage structurel, qui compte surtout des personnes peu qualifiées. Parmi les secteurs les plus touchés, on compte notamment les technologies de l’information et de la communication, qui peinent à trouver des candidats adéquats.

> Retrouvez notre analyse et les ébauches de solutions sur Le Soir+

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Emploi

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière