Le paiement par biométrie deviendra la norme en 2019, selon MasterCard

Le paiement par biométrie deviendra la norme en 2019, selon MasterCard

Annoncée pour fin 2017, la technologie par biométrie pour les paiements sera la norme en Belgique à partir d’avril 2019, affirme lundi MasterCard. Cette dernière lance une nouvelle feuille de route pour aider les banques, les détaillants et les partenaires à accroître la sécurité des paiements.

La technologie biométrique permet de s’identifier à l’aide d’une empreinte digitale, d’un scan de l’iris ou encore de la reconnaissance faciale, et ne nécessite donc plus de mot de passe.

Selon une étude menée par l’Université d’Oxford, 93 % des consommateurs préfèrent ce type de technologie aux mots de passe pour l’identification de leurs paiements. Et quasi le même pourcentage de professionnels du monde bancaire souhaitent également passer à la biométrie. Ceux-ci indiquent que le taux d’abandon en cours de transaction est diminué de 70 % en cas d’utilisation de la technologie biométrique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le message du président Prévot est clair
: «
Le CDH n’a pas vocation à être le porteur d’eau d’autres partis pour régler leurs difficultés
».

    Négociations gouvernementales: pression sur le CDH qui ne veut pas craquer

  2. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  3. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite