Accueil Société

La Wallonie attend la louve Naya avec bienveillance

Moutons tués à Meerhout : les dégâts attribués à la louve Naya poussent la Flandre à s’inspirer du « Plan loup » wallon.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Premier « canis lupus » à avoir traversé nos frontières depuis un siècle, Naya aurait tué deux moutons et en aurait blessé un troisième à Meerhout, en Campine, dans la province d’Anvers. Cette louve originaire d’Allemagne, plus précisément du land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, y vivait depuis 2006. Arrivée il y a trois semaines chez nous, après avoir parcouru 500 km en dix jours, elle semblait s’être installée entre Bourg-Léopold et Beringen depuis trois jours. Mais ces nouvelles traces montreraient qu’elle a repris la route en direction des forêts wallonnes. « Nous avons récolté des échantillons ADN sur les carcasses des moutons ce dimanche, explique Jan Pauwels, de l’association flamande Landschap. Les analyses prendront deux semaines. On pourra alors dire s’il s’agit bien d’un loup et, surtout, de Naya. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs