Bruxelles: bientôt une plaque commémorative en l’honneur de Patrice Lumumba

A Gand, des manifestants ont protesté contre les statues et les noms de rue faisant référence à la période coloniale ©Belga
A Gand, des manifestants ont protesté contre les statues et les noms de rue faisant référence à la période coloniale ©Belga

Une plaque commémorative en l’honneur de Patrice Lumumba, figure emblématique de l’indépendance du Congo, aujourd’hui République Démocratique du Congo, sera apposée d’ici quelques semaines au square du Bastion, situé à la limite entre la Ville de Bruxelles et la commune d’Ixelles, a indiqué lundi soir, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close (PS).

« Bâtir un avenir commun »

«  L’assassinat de M. Lumumba engage la responsabilité morale de la Belgique selon les conclusions de la commission d’enquête parlementaire instituée en 2002 », a expliqué Philippe Close, interpellé par Zoubida Jellab (Ecolo) sur la période coloniale belge et les incidents autour de monuments liés, voire érigés, à la mémoire du Roi Léopold II. «  On ne peut ni réparer le passé, ni le corriger. On peut, par contre, bâtir un avenir commun, sur un même socle de valeurs », a dit le bourgmestre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite