Accueil Monde France

Paris: à l’hôpital, «il fallait supporter l’horreur des blessures et des récits»

L’hôpital Saint-Louis est à un jet de pierre des deux restaurants où ont eu lieu les premières fusillades de la nuit de vendredi. Témoignage.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Le Carillon et le Petit Cambodge, les deux restaurants qui ont été les cibles de fusillades, vendredi soir, sont situés à une cinquantaine de mètres de l’hôpital Saint-Louis. Les médecins y ont d’ailleurs leurs habitudes. Comme beaucoup lorsqu’ils ont appris la nouvelle, Francine, une anesthésiste réanimateur qui habite le quartier, a filé à l’hôpital pour prêter main-forte. Récit d’une nuit « d’horreur » :

«  Lorsque le plan blanc a été déclenché on était déjà presque tous à l’hôpital. C’est un peu dur. Pour tout le monde. On s’est super bien battu toute la nuit. Les gens ont fait preuve d’un dévouement extraordinaire, malgré l’horreur des scènes, l’horreur des récits.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs