Accueil Société

Recouvrement de dettes: les plaintes explosent

Le marché du recouvrement de la dette représente 3 milliards d’euros. Certains huissiers et avocats s’en mettent plein les poches, en se montrant notamment très agressifs envers les créanciers défaillants. D’où l’explosion des plaintes de 30 %.

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef adjoint et chef du service Monde Temps de lecture: 5 min

A la base, il y a quelques chiffres, qui interpellent. Mais l’histoire du recouvrement de dettes en Belgique, c’est comme le fil d’une pelote : plus il se déroule, plus tout s’enchevêtre et devient compliqué. De cette immersion dans le monde des huissiers de justice et des bureaux de recouvrement, il ressort un constat indéniable : tout ne tourne pas rond sur le plan juridique. Quelques-uns en profitent de manière éhontée, et mettent à mal des professions mal-aimées, dont le rôle social est pourtant primordial.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 24 janvier 2018, 8:32

    Sans nuances. Simplement sur la base d'un seul chiffre d'une seule année (augmentation du nombre de plaintes) sans aucune nuance, vous écrivez dès le début de l'article "des huissiers et des avocats s'en mettent plein les poches", dégradant ainsi l'image que le grand public aura à l'égard de ces professions. Comment avoir confiance en son avocat, puisqu'à priori il y a de fortes chances qu'il soit quelqu'un qui s'en met plein les poches au dépens des plus modestes? En outre, il faut préciser que les frais dont vous communiquez une seule photocopie ,même s'ils étaient récupérés ne vont ni dans la poche de l'huissier dont les revenus sont strictement tarifés par le législateur et surtout pas dans la poche de l'avocat qui, s'il reçoit des sommes pour compte de tiers doit obligatoirement les lui rétrocéder. C'est tellement surveillé que le compte tiers de l'avocat doit être toujours vide.

  • Posté par Bigdeli Faramarz, mercredi 24 janvier 2018, 11:05

    Dans la majorité des cas, les huissiers exercent une pression psychologique sur les créanciers qui, en grande partie, ne connaissent pas leurs droits et ont peur de devoir engager des frais d’avocat. Pourtant, une simple lettre en réponse à la mise en demeure leur rappelant qu’ils n’ont pas droit à se substituer en justice et qu’aucun frais supplémentaire n’est et precisant les raisons de non paiement (litige, etc.) les rappelle à l’ordre.

  • Posté par Lhoest Roger, mercredi 24 janvier 2018, 7:55

    Pour avoir eu affaire à un cabinet d'avocats du côté de Gand, je ne pense pas que ceux-ci suivent des règles éthiques.

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs