Accueil Société Régions Hainaut

Charleroi: la ville se couche sur le divan à l’Eden

L’agence nationale de psychanalyse urbaine présente le résultat de son étude de Charleroi. Un spectacle parascientifique en prélude au forum citoyen. Des pistes thérapeutiques pour entamer la « guérison ».

Temps de lecture: 3 min

Névroses, troubles obsessionnels compulsifs, délire paranoïde, libido exacerbée : ce sont quelques-unes des composantes de la personnalité de Charleroi, selon l’agence nationale de psychanalyse urbaine (ANPU) qui livrera ce vendredi en primeur les résultats de son étude de cas.

« Un cas puissant », commente Laurent Petit, à la tête de cette équipe de chercheurs parascientifiques qui s’amusent à coucher des villes sur le divan. Il en énumère la liste comme Casanova le ferait de ses conquêtes : Paris, Lyon, Bordeaux, Montpellier, Vierzon, Béthune, Cherbourg, etc., il y a une soixantaine de références.

Des centaines d’interviews

En Belgique, Bruxelles et Mons y ont eu droit. « A Charleroi, nous avions entamé les recherches en 2016 à l’échelle de l’intra-ring. » A la demande du centre culturel l’Eden où sera présenté vendredi le diagnostic, l’agence a élargi son analyse. « Nous sommes partis à la rencontre des autres districts urbains. » Dans ce cadre, des centaines de volontaires se sont confiés en interview, des personnes ressources et experts ont été questionnés, des caisses d’archives et de rapports ont fait l’objet d’un épluchage méticuleux afin d’en extraire l’inconscient collectif. « Pour la première fois, nous avons même établi le thème astral de la ville. »

Un astrologue s’est piqué à ce jeu en partant de la date de naissance exacte, le 3 septembre 1666. « Vierge ascendant scorpion, Charleroi est une ville torturée parfois jusqu’à la haine de soi », poursuit Laurent Petit. « Elle aime avoir des secrets. Et elle est même capable de prendre des mauvaises décisions », glisse-t-il malicieusement. « Nous avons beaucoup travaillé sur les remèdes. »

Ils seront présentés en primeur vendredi dans un show mis en scène par Charles Altorffer, l’urbaniste enchanteur de l’Anpu. Le spectacle sera retransmis en direct sur la chaîne Charleroi HD. « En mondiovision », sourit encore Laurent. « Atteinte du syndrome de la construction, Charleroi a une extraordinaire capacité de résilience. Elle a traversé des crises mais a toujours su rebondir. »

Pour les besoins de leur étude, les psys urbains ne manquent pas de remonter aux sources, avec une recherche des ancêtres non pas biologiques mais géologiques. Ici, c’était évidemment le charbon. « Dans sa jeunesse, la ville a connu plusieurs parents adoptifs : français, espagnols, hollandais… » L’Anpu parlera de ses découvertes surprenantes : « nous avons été fascinés par le vélodrome abandonné de Gilly, ou la carlingue de l’avion transformée en taverne-restaurant. » Energique, frondeuse, Charleroi qui avait reçu le titre de plus laide ville du monde révélera ce vendredi un visage méconnu. Un rendez-vous (gratuit) à ne pas manquer !

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo