Accueil Opinions Débats et idées

Pascal Boniface: «On a tenté de me discréditer en me traitant d’antisémite»

Victime d’une rumeur malveillante, Pascal Boniface subit l’outrage d’être décrit dans certains milieux comme un antisémite pur et dur. Il publie un livre sur cette affaire incroyable, intitulé « Antisémite ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Politologue reconnu depuis bien longtemps sur la place de Paris, Pascal Boniface vit depuis 2001 une épreuve singulière dont il se serait bien passé : certains milieux pro-israéliens lui ont accolé une étiquette, « antisémite », des plus déshonorantes. Sa vie professionnelle mais aussi privée a été affectée de plein fouet par cette affaire et son institut, l’Iris (Institut de recherches internationales et stratégiques) a même failli disparaître en raison de cette campagne calomnieuse. Il nous a accordé un entretien pour évoquer le livre (préfacé par Michel Wieviorka) qu’il publie sur cette affaire.

Tous vos ennuis partent d’une note interne de 2001 rédigée à l’attention des instances du PS, parti auquel vous apparteniez ; pouvez-vous résumer l’affaire ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Denis Jean-pierre , jeudi 25 janvier 2018, 17:17

    Quand un grand pays, patrie des droits de l'Homme, pratique "le procès d'intention" qui consiste à affirmer que antisémitisme=antisionisme, on peut perdre tout espoir de justice! La pratique de l'amalgame avec pour but de défendre ou ménager un pays qui bafoue chaque jour le droit(international et donc reconnu par tous)! C'est ça l'Europe, c'est ça la démocratie? Alors que tous les humanistes israéliens ont le réel courage de manifester contre la politique coloniale (et donc anachronique) menée par leur pays, nos dirigeants s’aplatissent lâchement. Et pendant ce temps-là, une moyenne de 200 mineurs croupissent dans les geôles israéliennes parce qu'ils ont eu la dignité de résister aux "robocops expropriateurs" (cf Ahed Tamini mdr)

  • Posté par Lucas Danièle, jeudi 25 janvier 2018, 10:09

    Ça s'appelle la CALOMNIE et, généralement, ce sont les gens bien qui en soufrent 'aux mains' de gens méprisants.

  • Posté par De Bilde Jacques, jeudi 25 janvier 2018, 8:59

    Etre qualifié de ce qu'on n'est profondément pas, je comprends le sentiment de profonde tristesse que l'on peut éprouvé. Un homme célèbre prétendait : "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose". C'est le propre des dictatures. Pour éliminer ses opposants on les qualifie "d'ennemis du peuple" et puis on les exécute. Aujourd'hui, c'est plus soft. On tue virtuellement en balançant des fake news sur les réseaux sociaux ou alors on sort une phrase de son contexte et déformer ainsi les propos de quelqu'un pour faire le buzz, en particulier lorsqu'il s'agit d'une homme public.

Aussi en Débats et idées

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs