Carrefour: l’opposition dénonce l’inaction du gouvernement depuis Caterpillar

Carrefour: l’opposition dénonce l’inaction du gouvernement depuis Caterpillar

Rien n’a été fait depuis l’annonce de la fermeture de Caterpillar en septembre 2016, a dénoncé jeudi l’opposition à la Chambre à la suite du conseil d’entreprise qui s’est tenu chez Carrefour. Le débat a été vif en séance plénière. Plusieurs députés ont également déploré l’absence de tout membre du comité ministériel restreint, notamment le vice-premier ministre et ministre de l’Emploi, Kris Peeters, alors que 1.233 emplois pourraient disparaître.

Les partenaires sociaux se penchent sur l’évaluation de la loi Renault qui encadre les licenciements collectifs. Le travail n’a toujours pas abouti, a indiqué la ministre du Budget, Sophie Wilmès, qui s’exprimait au nom du Premier ministre. Le ministre de l’Emploi a insisté sur la nécessité d’un «traitement urgent». L’explication n’a pas convaincu l’opposition.

«L’excuse des partenaires sociaux, vous la servez quand ça vous arrange. Si cela bloque, c’est à cause de votre accord de gouvernement qui prévoit de pouvoir licencier plus rapidement», a répondu Catherine Fonck (cdH).

«C’est à nouveau le service minimum. L’impuissance du gouvernement est patente», a fustigé de son côté Georges Gilkinet (Ecolo).

Le PS et le PTB ont réclamé l’interdiction des «licenciements boursiers» et pointé du doigt la politique menée par le gouvernement à l’égard des grandes entreprises. «Cette politique de diminution linéaire et aveugle des cotisations sociales est inopérante face aux grandes entreprises», a affirmé Jean-Marc Delizée (PS).

Choc social

Les bancs ministériels étaient clairsemés jeudi au parlement. Plusieurs ministres sont en déplacement à l’étranger, dont le Premier ministre, Charles Michel, et le ministre de l’Emploi, Kris Peeters, qui participent au Forum Economique Mondial à Davos. «C’est le choc social et le Premier ministre ainsi que le ministre de l’Emploi font des courbettes à Davos devant les dirigeants des multinationales», a dénoncé Marco Van Hees (PTB).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite